Logement : quel bilan pour la loi Alur

La loi Alur est censée rendre le logement plus accessible et plus juste. Elle est appliquée à Paris depuis  maintenant deux ans, et à Lille depuis le début de l'année.  Mais les propriétaires ne la respectent pas.

FRANCE 3

Trouver son appartement avant l’été est une course contre la montre. Et certains locataires devraient être vigilants. Depuis deux ans, la loi Alur les protège en encadrant les loyers à Paris et à Lille, mais il y a encore des abus, notamment chez les propriétaires. Seulement la moitié d'entre eux, respectent la mesure. S'ils passent par une agence immobilière, 70% ne dépassent pas le plafond des loyers.

124 euros de plus pour les locataires

Mais selon Jean-Yves Mano, président de l'association Consommation Logement Cadre de vie (CLCV), il n'y a pas assez de contrôle. "Il faut faire des pressions relativement importantes de la part de l'administration(...) Les locataires doivent se saisirent de leurs droits", explique-t-il. Des dépassements de loyer qui s'élèvent en moyenne à 124 euros de plus pour les locataires et qui peuvent grimper pour les petites surfaces. Comme dans cet appartement de 46 mètres carrés proposé à la location dans le XVIIe arrondissement de Paris, à 1 900 euros par mois avec les charges. Normalement, il ne devrait pas excéder 1039 euros...

Le JT
Les autres sujets du JT
Un immeuble haussmanien dans le XVIe arrondissement de Paris
Un immeuble haussmanien dans le XVIe arrondissement de Paris (MAXPPP)