Copropriété : les syndics en ligne, une bonne affaire ?

Que valent les nouveaux syndics en ligne ? Trois fois moins chers que les syndics traditionnels, ils attirent de plus en plus de petites copropriétés. 

France 2

Le marché du syndic vit-il une révolution ? Sur internet, de nouveaux acteurs apparaissent : les syndics en ligne. Leur promesse : des prix cassés et des réponses rapides. En moyenne, un syndic classique facture 250 euros par an et par logement. ClicSyndic c'est 95 euros, 99 euros pour le Bonsyndic.com et 118 euros pour SyndicOne. Mais que proposent vraiment ces syndics très connectés ? Patricia Drapier préside le conseil syndical de sa copropriété. Depuis un an et demi, elle a opté pour une de ces start-up de l'immobilier. Elle n'a jamais vu le visage de son conseiller, mais elle s'en moque. C'est surtout sur son budget annuel que les choses ont changé. 

Des syndics en ligne adaptés aux petites copropriétés

Même pour les gros travaux, les syndics en ligne ne se déplacent jamais. Pas de déplacement, donc plus de clients. ClicSyndic près de Lyon (Rhône) gère près de 300 copropriétés à Strasbourg (Bas-Rhin), Lille (Nord), et même aux Antilles, le tout avec six salariés accrochés à leur téléphone. Les syndics en ligne conviennent surtout aux petites copropriétés. Pour l'instant, seules trois sociétés proposent des services exclusivement en ligne. Les syndics traditionnels se partagent 90% du marché.

Le JT
Les autres sujets du JT
Mireille Knoll a été assassinée dans son appartement de cet immeuble du 11e arrondissement de Paris.
Mireille Knoll a été assassinée dans son appartement de cet immeuble du 11e arrondissement de Paris. (THOMAS SAMSON / AFP)