Réquisition de logements vacants : polémique entre Cécile Duflot et l'Eglise

La ministre du Logement a réclamé à l'archevêché de Paris de mettre à disposition des immeubles vacants pour héberger notamment des SDF. Injuste, selon l'Eglise.

La ministre du Logement, Cécile Duflot, quitte l\'Elysée le 14 novembre 2012.
La ministre du Logement, Cécile Duflot, quitte l'Elysée le 14 novembre 2012. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

LOGEMENTS VACANTS – A quelques jours de l'hiver, Cécile Duflot veut mettre l'Eglise catholique à contribution. Dans une interview au Parisien datée du lundi 3 décembre, la ministre du Logement annonce avoir écrit à l'archevêché de Paris en vue d'utiliser des bâtiments "quasi vides" lui appartenant pour accueillir des mal-logés. La ministre évoque même le fait de les réquisitionner, comme le permet la loi. C'est un peu "l'hôpital qui se moque de la charité" pour certains responsables religieux et associatifs, qui affirment que les associations catholiques agissent déjà alors que l'Etat est défaillant en matière d'hébergement d'urgence. Ils dénoncent également une déclaration liée au débat brûlant sur le mariage des homos. Détail des arguments ministériels et ecclésiastiques.

Des hectares de locaux vacants ?

La volonté de Cécile Duflot est de mettre à contribution toutes les personnes morales, c'est-à-dire les institutions ou encore les entreprises, qui posséderaient des logements vacants, notamment dans les grandes villes. L'objectif est de répondre au besoin d'hébergement d'urgence qui pourrait atteindre cet hiver un stade critique pour les 150 000 SDF vivant en France selon la Cour des comptes. "L'Eglise fait partie des personnes morales... dans tous les sens du terme !", lance Cécile Duflot dans Le Parisien. Selon elle, "il semble que l'archevêché de Paris possède des bâtiments quasi vides".

La ministre du Logement fait référence à une liste d'immeubles vacants appartenant à des congrégations religieuses, détaillée par Le Canard Enchaîné le 14 novembre et reprise par Le Monde.fr. Selon le journal, une dizaine de monastères, paroisses et couvents parisiens possèdent des locaux inoccupés, quasi inexploités, ou réservés à des locations de chambres pour des religieux de passage. Comme l'explique le Huffington Post, l'Eglise serait un très important propriétaire foncier en France. Outre les 3 000 églises construites après 1905, elle détiendrait 40 000 à 50 000 immeubles à usage pastoral (presbytères, salles de réunion et locaux à usage culturel).

Selon l'association catholique progressiste Golias, l'Eglise spéculerait même sur ces biens immobiliers, en opposition aux valeurs qu'elle défend.

Francetv info / France 2

Les associations catholiques défendent leur action

Face à cette interview, l'Eglise montre les dents. L'entourage du cardinal André Vingt-Trois assure d'abord ne pas avoir reçu le courrier, dévoilé par Europe 1, que Cécile Duflot lui aurait envoyé. Les responsables religieux rappellent surtout que les associations religieuses comme le Secours catholique travaillent quotidiennement à l'accueil, la réinsertion et l'hébergement des sans-abri. Comme le remarque Le Monde.fr, le diocèse de Paris brandit l'opération Hiver solidarité, qui prévoit chaque hiver l'ouverture par plusieurs paroisses parisiennes de locaux destinés à héberger des dizaines de SDF.

La position de Cécile Duflot a aussi vivement fait réagir les utilisateurs de Twitter, à l'image de Christine Boutin, ancienne ministre du Logement et présidente du Parti chrétien-démocrate.

Quant aux batiments visés par Cécile Duflot, ils ne seraient, selon le diocèse de Paris, pas tous adaptés à l'accueil de SDF. D'après Charles Gazeau, délégué épiscopal à la solidarité, de nombreux locaux sont utilisés dans le cadre de la vie paroissiale pour y organiser cours de catéchisme et réunions.

Par ailleurs, La Croix explique dans son édition du 29 novembre que de nombreuses congrégations font face à des difficultés financières pour entretenir leurs bâtiments anciens où résident des moines, des prêtres et des religieuses, souvent âgés. Certaines de ces institutions catholiques assument (accès abonnés) par ailleurs le fait de faire fructifier leurs biens pour "avoir les moyens de vivre  afin de ne pas peser sur la société ni abuser de l’aide sociale".

Quel rapport avec le mariage des homos ?

Certains défenseurs de l'Eglise en sont persuadés, cette sortie ministérielle est la suite du débat sur le mariage des homos marqué par les deux mobilisations hostiles au "mariage pour tous" des 17 et 18 novembre. Débat dans lequel l'Eglise a clairement marqué son opposition au projet gouvernemental. Sur Twitter, de nombreux messages font le rapprochement avec les critiques d'Europe Ecologie-Les Verts, le parti de Cécile Duflot, envers les opposants au mariage des homos.

 

Un responsable de la conférence des évêques de France, organe dirigeant de l'Eglise française, estime ainsi sur LeMonde.fr qu'il s'agit d'"une nouvelle pierre du gouvernement dans le jardin de l’Eglise" en représailles à l'hostilité de l'institution au "mariage pour tous".