Septième jour de grève à Radio France

Les salariés de la Maison ronde, qui affiche un déficit important, redoutent des licenciements et dénoncent la mauvaise gestion de leur PDG Mathieu Gallet.

FRANCE 3
Voilà sept jours que les salariés de Radio France sont en grève, la plus importante mobilisation sociale en 10 ans. Mercredi 25 mars, l'annonce d'un possible plan de départ volontaire pour 200 à 300 salariés exacerbe les craintes du personnel. Avec un déficit de 21 millions d'euros, la baisse des dotations de l'état, des travaux au coût exorbitant, la situation financière de l'entreprise publique est grave. Et la polémique autour des travaux de rénovation du bureau de Mathieu Gallet n'a fait que renforcer les tensions et la mobilisation. "On veut éviter un plan de licenciement, on veut éviter un plan de départ, on veut éviter que les emplois paient les murs", déclare Lionel Thompson, secrétaire générale SNJ-CGT Radio France, au micro de France 3.
"La menace sur les emplois est plus présente que jamais"
Une délégation du personnel a été reçue mercredi 25 mars au ministère de la Culture. À la sortie, c'est l'iquiétude. "La menace sur les emplois est plus présente que jamais, la menace sur la pérennité même de cette maison est toujours là", a expliqué Jean-Paul Quennesson, délégué Sud Radio France.
 
Le JT
Les autres sujets du JT
Le PDG de Radio France, Matthieu Gallet, lors d\'une conférence de presse, à la Maison de la Radio, à Paris, le 27 août 2014.
Le PDG de Radio France, Matthieu Gallet, lors d'une conférence de presse, à la Maison de la Radio, à Paris, le 27 août 2014. (ZIHNIOGLU KAMIL / SIPA)