Cet article date de plus d'un an.

Grève et commerçants : "Les compteurs sont en train de basculer dans le rouge", estime la confédération des petites et moyennes entreprises

François Asselin, le président de la CPME, la confédération des petites et moyennes entreprises, a estimé que la grève pesait sur les comptes des entrepreneurs. 

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
François Asselin en décembre 2019.  (VINCENT ISORE / MAXPPP)

"Plus de 50% des établissements hôteliers et restaurants ont connu des annulations et une chute d'activité", alerte sur franceinfo mardi 17 décembre François Asselin, le président de la CPME, la confédération des petites et moyennes entreprises. Selon lui, "38% d'entre eux anticipent une baisse de trésorerie, les réservations sont en train de s'effriter", au 13e jour de grève contre la réforme des retraites et avant une manifestation à l'appel de l'intersyndicale.

>>> Grève du 17 décembre : Manifestations, trafic perturbé... Suivez notre direct

François Asselin récuse les propos du gouvernement sur les répercussions moindres du mouvement sur la croissance : "Les petites entreprises, quand elles n'ont pas de clients, elles n'ont pas de chiffre d'affaires, et à la fin du mois, il va falloir payer les charges et les salaires", souligne-t-il. "Les compteurs sont dans le rouge, rajoute-t-il, alors quand ces entrepreneurs disent qu'il n'y a aucun impact sur la croissance du pays, je peux vous assurer qu'eux sont verts de rage puisque dans leur vie de tous les jours, il y a un réel impact et une très grande angoisse de se retrouver à la fin du mois obligé de se séparer de salariés puisqu'on ne peut pas leur verser de salaire".

Le président de la CPME, qui représente plus de deux millions d'entreprises avec les indépendants, espère que les mesures d'accompagnements qu'a promis le gouvernement vont être "immédiates, efficaces et simples" puisque "lorsqu'on a besoin de reculer l'échéance, si il faut remplir trois formulaires, les envoyer à trois adresses différentes, on a le temps de mourir pendant ce temps-là".

François Asselin ajoute qu'il soutient la réforme, même si "le gouvernement a voulu faire un texte trop ambitieux" et que la CPME aurait voulu "garder les particularités de chacun des types d'activités"

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Grève du 29 janvier

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.