Réforme des retraites : quelles sont les dates-clés du mois de janvier ?

Des grèves qui promettent de continuer, des négociations qui doivent reprendre... Le premier mois de l'année s'annonce chargé.

Des manifestants contre la réforme des retraites rassemblés le 31 décembre 2019 à Paris devant l\'opéra Bastille.
Des manifestants contre la réforme des retraites rassemblés le 31 décembre 2019 à Paris devant l'opéra Bastille. (MARTIN BUREAU / AFP)

Une année qui s'achève, une autre qui commence et des grèves qui continuent à la SNCF comme à la RATP. Le conflit social contre la réforme des retraites est entré dans sa 28e journée, mercredi 1er janvier, égalant par sa longueur le blocage des transports de l'hiver 1986-1987. Et ni le chef de l'Etat ni les syndicats ne semblent disposés à lâcher. Le mois de janvier s'annonce donc décisif, avec de nouvelles journées d'actions ou de concertations programmées. Voici l'agenda de ce début d'année.

Vendredi 3 janvier : les professions libérales appellent à la grève

Le collectif SOS Retraites, qui regroupe une quinzaine de professions libérales disposant de régimes autonomes, appelle à la grève à partir de vendredi. Ce collectif regroupe des professions médicales et paramédicales (médecins, infirmiers, kinésithérapeutes, orthophonistes, etc.), mais aussi les avocats, les experts-comptables ou professionnels du secteur aérien. Dans une tribune parue dans Le Journal du dimanche en septembre, SOS Retraites revendiquait 700 000 professionnels de tous bords.

Côté pilotes de ligne, le syndicat majoritaire SNPL a levé son préavis de grève après avoir reçu "des éléments précis et engageants" concernant le maintien de leur caisse autonome de retraite complémentaire, la CRPN, dotée de 5 milliards d'euros de réserves, et la possibilité de partir à la retraite à taux plein à 60 ans. D'autres syndicats de navigants maintiennent toutefois leur appel à faire grève.

Mardi 7 janvier : les négociations reprennent

Les concertations entre le gouvernement et les organisations syndicales et patronales doivent reprendre mardi. Les ministres du Travail et de la Santé, Muriel Pénicaud et Agnès Buzyn, ainsi que les secrétaires d'Etat chargés des Retraites et des Comptes publics, Laurent Pietraszewski et Olivier Dussopt, débuteront cette concertation avec les partenaires sociaux, qui se poursuivra tout au long du mois de janvier.

Il sera question de pénibilité et de gestion des fins de carrière. L'exécutif prévoit de concentrer la réunion du 7 janvier sur "quatre objectifs", d'après le communiqué de Matignon : "partager les impacts sur l'évolution des seuils relatifs à la pénibilité", "renforcer les actions (...) de prévention de la pénibilité", "construire des dispositifs de reconversion pour les salariés exposés longtemps à la pénibilité" et "le maintien dans l'emploi des seniors".

Côté raffineries, la Fédération CGT de la chimie appelle à renforcer le mouvement, en bloquant toutes les installations pétrolières (raffineries, terminaux pétroliers et dépôts) pendant 96 heures, à partir du mardi 7 janvier et jusqu'au vendredi 10 janvier.

Jeudi 9 janvier : nouvelle journée de grève et de manifestations

Une nouvelle journée interprofessionnelle de manifestations et de grève est prévue le jeudi 9 janvier. L'appel a été lancé par l'intersyndicale CGT, FO, CFE-CGC, Solidaires et FSU, dès le 18 décembre, à la sortie d'un entretien avec le Premier ministre Edouard Philippe à Matignon. Pour cette journée de mobilisation, Thierry Defresne, délégué syndical central chez Total, a brandi la menace d'un arrêt de production dans les raffineries.

"On appelle tous les Français à se mettre en grève", a déclaré mercredi sur BFMTV le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez. "Il faut que le signal d'alarme soit plus fort", a lancé le dirigeant syndical au lendemain de l'allocution d'Emmanuel Macron, qui s'est engagé à mener la réforme à son terme, à l'occasion de ses vœux aux Français pour la nouvelle année.

Du lundi 13 au vendredi 17 janvier : les négociations continuent

Plusieurs ministres doivent poursuivre les pourparlers avec les organisations syndicales et patronales de leurs secteurs. Olivier Dussopt recevra ainsi, durant la deuxième semaine de janvier, les syndicats de la fonction publique sur la retraite progressive et ses conditions de déploiement, ainsi que celles relatives à la pénibilité. Agnès Buzyn lancera le 13 janvier avec les syndicats hospitaliers le chantier de l'aménagement des fins de carrière à l'hôpital.

Le nouveau secrétaire d'Etat chargé des Retraites, Laurent Pietraszewski, recevra entre le 7 et le 17 janvier les partenaires sociaux à propos de l'évolution du minimum de pension et des transitions, selon le communiqué de Matignon. Le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, poursuivra quant à lui ses discussions avec les syndicats la semaine du 13 janvier avec pour "objectif de parvenir en juin 2020", à "un protocole d'accord sur des scénarios de revalorisation" pour les carrières des enseignants. Enfin, Frédérique Vidal, ministre de la Recherche, poursuivra du 6 au 17 janvier ses travaux avec les syndicats autour de la loi de programmation pluriannuelle de la recherche.

Mercredi 22 janvier : le projet de loi est présenté en Conseil des ministres

Le projet de loi doit être présenté en Conseil des ministres le 22 janvier. Mardi 31 décembre depuis l'Elysée, le chef de l'Etat a prévenu : il est déterminé à "mener à bien la réforme des retraites". Il espère que le gouvernement conclura "un compromis rapide (...) avec les organisations syndicales et patronales qui le veulent" pour tenir ce calendrier serré.

La sélection de franceinfo sur la réforme des retraites

• Infographies. Découvrez l'ampleur de la mobilisation à la SNCF, semaine après semaine

• Analyse. Pourquoi la semaine du 6 janvier s'annonce décisive pour le gouvernement

• Calendrier. Réforme des retraites : quelles sont les dates-clés du mois de janvier ?

• Décryptage. Quatre questions sur l'appel au blocage de toutes les installations pétrolières du pays