Grève : 17% des vols annulés ce vendredi entre 7 et 14 heures dans les aéroports de Roissy et Orly

Un mouvement social contraint à fermer une partie des pistes du premier aéroport français. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des passagers arrivent à l'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle (Val-d'Oise), le 11 janvier 2022. (MAXPPP)

La galère sur le tarmac. Plusieurs aéroports français, dont Charles-de-Gaulle et Orly près de Paris, vont être touchés ce week-end par de nouvelles grèves pour les salaires, avec des annulations et possibles retards à la clé à une semaine des vacances scolaires d'été.

Ces mouvements sociaux, sur fond de forte inflation et de franche reprise du trafic après la pandémie de Covid-19, vont se traduire par l'annulation de quelque 17% des vols au départ ou à l'arrivée de Paris-Charles-de-Gaulle entre 7 heures et 14 heures, selon la Direction générale de l'aviation civile.

Les accès routiers à l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle était "fortement perturbés" vendredi matin, a annoncé Paris Aéroport sur Twitter, par une manifestation d'agents grévistes devant les terminaux A et C. Paris Aéroport conseille aux voyageurs de venir ou de quitter Charles-de-Gaulle avec le RER C ou la navette CDGVal. De 800 à 1 000 agents grévistes sont attendus dans le cortège. 

Des annulations préventives

Les annulations préventives, qui représenteront 10% des mouvements d'aéronefs à CDG sur l'ensemble de la journée, ont été réclamées par l'administration par mesure de sécurité car les pompiers sont en grève depuis jeudi 30 juin, contraignant à fermer une partie des pistes du premier aéroport français.

Ces derniers "revendiquent une prime de technicité et une revalorisation de la grille" de salaires, vu "les difficultés de recrutement en entrée de grille", les salaires étant plus faibles que ceux proposés dans les Services départementaux d'incendie et de secours, explique Daniel Bertone, secrétaire général de la CGT du Groupe ADP, le gestionnaire des aéroports de Paris.

Une autre grève en simultané

En outre, vendredi et tout le week-end, les salariés des plateformes aéroportuaires parisiennes sont appelés à rejoindre une grève "multisectorielle", comprenant le Groupe ADP et ses sous-traitants, à l'appel d'une intersyndicale, dans le prolongement de celle du 9 juin. Le préavis court jusqu'à dimanche inclus.

Ce mouvement social, avec des rassemblements prévus devant les terminaux 2E de Roissy et 4 d'Orly vendredi, risque de ralentir les flux de passagers, à l'approche des installations ainsi qu'aux postes d'inspection filtrage. Le tri des bagages pourrait également être affecté.

Les salariés d'ADP réclament une augmentation de salaire de 6%, rétroactive au 1er janvier, tandis que la direction propose 3% au 1er juillet, selon les syndicats. Le groupe ADP a invité, comme jeudi, les passagers à arriver en avance dans ses installations, à savoir "trois heures [avant le décollage prévu] pour un vol international, deux heures pour un vol domestique ou européen".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Grève des transports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.