Espagne : une dizaine de vols annulés et plus d'une centaine de retards enregistrés après la reprise de la grève chez Ryanair

Les salariés veulent une amélioration de leurs conditions de travail et la signature d'une convention collective. Les syndicats ont organisé un troisième cycle de grèves, qui doit se poursuivre jusqu'en janvier.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un avion de la compagnie Ryanair à Barcelone (Espagne), le 23 juillet 2022. (URBANANDSPORT / NURPHOTO / AFP)

Une dizaine de vols Ryanair, en provenance ou à destination de l'Espagne, ont été annulés, lundi 8 août, et 111 autres ont accusé un retard. En cause : des grèves du personnel navigant espagnol pour exiger une amélioration des conditions de travail et la signature d'une convention collective. Ces mobilisations doivent durer jusqu'en janvier 2023, à raison de quatre jours par semaine (du lundi au jeudi). 

L'entreprise irlandaise, qui offre plus de 650 liaisons avec l'Espagne, estime que ces arrêts de travail ont eu "un effet minime", selon un communiqué publié lundi.

Huit vols annulés à Barcelone

Au total, huit des vols de la compagnie aérienne irlandaise à bas coût ont été annulés jusqu'à 13 heures. Ils devaient partir de l'aéroport de Barcelone ou y atterrir, selon l'Union syndicale ouvrière (USO), qui a organisé cette grève avec le syndicat indépendant du personnel navigant aérien (SITCPLA).

"Malheureusement, il y a les 80% de service minimum (obligatoire) décrétés par le ministère des Transports", a critiqué Pau Ibarzábal, porte-parole du syndicat USO, qui estime que cette mesure est "abusive" et "fragilise (le) droit de grève" du personnel.

Les employés en Espagne de Ryanair avaient lancé cette grève le 24 juin, la prolongeant ensuite jusqu'au 28 juillet. Estimant que le conflit est dans une impasse, les syndicats ont organisé un troisième cycle de grèves, qui a débuté lundi et doit prendre fin le 7 janvier 2023.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Grève des transports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.