Grève chez Ryanair : des annulations de vol en France, en Belgique et en Espagne

En France, c'est l'aéroport de Marseille q ui a été le plus touché samedi par le mouvement. D'autres annulations sont prévues dimanche. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Des comptoirs d'enregistrement de Ryanair à l'aéroport Adolfo Suarez de Madrid, en Espagne, le 24 juin 2022. (OSCAR DEL POZO / AFP)

Les premiers départs de l'été européen ont été perturbés, samedi 25 juin, par une grève de personnels navigants de la compagnie aérienne Ryanair. En France, 36 vols ont été annulés sur les 80 exploités normalement par la compagnie avec du personnel français, a précisé à l'AFP Damien Mourgues, délégué syndical du SNPNC, qui avait appelé au mouvement les quelques 300 hôtesses et stewards de la compagnie en France.

Pour dimanche, neufs vols au départ ou à l'arrivée de Bordeaux sont annulés sur 36, selon un porte-parole de l'aéroport de Bordeaux-Mérignac. A Marseille, 12 vols devraient être annulés, selon un porte-parole de l'aéroport Marseille Provence.

"On nous a accordé deux litres d'eau par membre du personnel"

"Lorsqu'ils ont vu se profiler la grève, ils ont commencé à nous donner de l'eau dans les avions, ce qui était une des choses que nous réclamions depuis longtemps. Il y a trois jours, on nous a accordé deux litres d'eau par membre du personnel dans toute l'Europe. Avant, nous devions apporter à bord notre propre eau", a expliqué Damien Mourgues, en rappelant que la première revendication était "les conditions salariales et de travail".

Selon le site de Ryanair Scorebuddy, recensant toutes les annulations de vols de la compagnie à bas coûts basée en Irlande, c'est l'aéroport de Charleroi en Belgique qui a été le plus touché, avec 44 vols aller-retour annulés samedi.

En Espagne, 75 vols ont été annulés samedi à Madrid, Barcelone, Palma, Ibiza, Santiago et Gerone, selon le syndicat USO (Union Sindical Obrera) qui a dénoncé le remplacement des salariés espagnols grévistes par du personnel venu du Maroc, opération jugée "illégale" car contraire au droit de grève, selon Lidia Arasanz de l'USO.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Aéronautique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.