Cet article date de plus de trois ans.

Air France : les syndicats font planer la menace d'une grève en septembre

Les syndicats ont déjà cessé le travail une quinzaine de jours de février à juin. Ils réclament toujours des augmentations salariales.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des avions de la compagnie Air France, le 24 avril 2018, sur le tarmac de l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

L'intersyndicale d'Air France menace de "reprendre" le conflit sur les salaires en septembre, si aucun accord sur les rémunérations n'est conclu d'ici à la rentrée. "Avec ou sans PDG, dès le mois de septembre pour ne pas pénaliser nos passagers pendant l'été, le conflit pour les salaires reprendra. Et seul un accord pourra y mettre fin", prévient dans un tract l'intersyndicale de pilotes (SNPL, Spaf, Alter), de personnels au sol (CGT, FO, SUD) et d'hôtesses et stewards (SNPNC, Unsa-PNC, CFTC, SNGAF).

Les syndicats et la direction d'Air France s'affrontent depuis le début de l'année sur la question des hausses des salaires. Ils ont mené une quinzaine de journées de grève de février à juin pour obtenir des augmentations. L'ex-PDG Jean-Marc Janaillac, qui a démissionné en mai, avait mis son poste dans la balance à l'occasion d'une consultation du personnel sur une proposition d'accord de revalorisation salariale. Il avait dû partir après le rejet de son plan par les salariés.

Une "mise en place effective" de la nouvelle direction à la rentrée

Ce "départ précipité" a "mis en lumière une faiblesse structurelle de taille dans notre organisation : le conseil d'administration ne sait pas surmonter les situations de crise", critique l'intersyndicale. Cette dernière ajoute qu'aucun plan de succession n'a été anticipé par le conseil – alors même que l'hypothèse d'un départ du PDG était sur la table –, ce qui entraîne un retard dans le processus de recrutement du nouveau président.

"Des engagements ont été pris" pour les salaires à la mi-juin devant le comité central d'entreprise par la dirigeante par intérim du groupe, Anne-Marie Couderc, poursuit l'intersyndicale. Elle devait "avant mi-juillet" trouver "un mandat afin de traiter en urgence la question salariale", mais "une fois encore la parole donnée a été bafouée", s'insurge l'intersyndicale. Dans un courrier diffusé au personnel le 13 juillet, la direction a précisé que le processus de recrutement de la nouvelle direction du groupe Air France-KLM "devrait être finalisé dans les prochaines semaines" avec une "mise en place effective en septembre".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Grève des transports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.