750 millions d'euros sur la table pour régler la crise des urgences

Après six mois de grève dans les services d'urgences, Agnès Buzyn fait un chèque de 750 millions d'euros avec douze mesures, mais ni lits ni postes supplémentaires ne sont au programme.

FRANCEINFO

C'est le plan censé régler la crise des urgences qui dure depuis six mois. Lundi 9 septembre, Agnès Buzyn a annoncé douze mesures dotées d'un budget de 750 millions. "Je souhaite mettre en place dans tous les territoires un service universel pour répondre à toute heure à la demande de soins des Français", a indiqué la ministre de la Santé. Accessible sur internet ou par téléphone, cette plateforme fournira aux patients un conseil médical ou les orientera vers un médecin généraliste, une téléconsultation ou les urgences, éventuellement via l'envoi d'une ambulance.

Décision des grévistes mardi

"Je dois vous avouer que je ne sais pas trop comment on va créer un nouveau service, vu déjà la pénurie de personnel qu'on a", s'interroge Patrick Pelloux, président de l'Association des médecins urgentistes de France (Amuf). Autres annonces : la création de 50 nouvelles maisons médicales de garde et des personnes âgées qui pourraient être orientées vers des services de gériatrie sans passer par les urgences. Des mesures techniques, mais pas à la hauteur des enjeux estiment les syndicats, car en vingt ans, le nombre de passages aux urgences a plus que doublé. Les membres du collectif Inter-Urgences se réunissent mardi pour décider de la suite de leur mouvement.

Le JT
Les autres sujets du JT
La ministre de la Santé Agnès Buzyn, lors de la présentation de son plan pour les urgences, à Paris, le 9 septembre 2019.
La ministre de la Santé Agnès Buzyn, lors de la présentation de son plan pour les urgences, à Paris, le 9 septembre 2019. (ERIC FEFERBERG / AFP)