Vidéo Présidentielle 2022 : Michel Barnier veut "traiter" le "problème" de la fraude sociale

Publié
Article rédigé par
Radio France

Michel Barnier a insisté sur le surnombre "de 2,5 millions et demi, peut-être plus" de cartes vitales actives en circulation en France.

"Il y a un problème" de fraude sociale "dans ce pays" et "c'est le rôle d'un candidat et du président de la République de le traiter", a déclaré vendredi 24 septembre le LR Michel Barnier, ancien négociateur européen pour le Brexit qui ambitionne aujourd'hui de représenter la droite à la présidentielle. "Un milliard [d'euros], ce n'est pas rien", a-t-il déclaré, en référence au montant de la fraude détectée aux prestations sociales en 2019, selon un rapport de la Cour des comptes. "C'est sans doute beaucoup plus que cela", a-t-il avancé.

Pour appuyer son propos, Michel Barnier a insisté sur le surnombre "de 2,5 millions et demi, peut-être plus" de cartes vitales actives en circulation en France. Lors d'une audition en commission parlementaire, en février 2020, la directrice de la Sécurité sociale, Mathilde Lignot-Leloup, a en effet reconnu un "écart de 2,6 millions entre le nombre de cartes vitales et le nombre de porteurs potentiels". "Ce n'est pas parce que l'on a 2,6 millions d'écart que l'on a plus de consommation de soins", a-t-elle souligné devant la commission d'enquête de l'Assemblée de relative à la lutte contre les fraudes aux prestations sociales.

"Il faut regarder où est le problème et l'un des moyens de le faire de manière juste, rigoureuse et humaine, c'est de faire une vérification biométrique et de changer les cartes vitales, a suggéré Michel Barnier. Nous allons traiter rigoureusement la question de la fraude sociale et la question de la fraude fiscale, en créant d'ailleurs des services spécialisés."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Fraude

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.