VIDEO. Fyra, le fiasco du train Bruxelles-Amsterdam

Un peu plus d'un mois après sa mise en service, il a interdiction de rouler jusqu'à nouvel ordre, depuis vendredi.

François Beaudonnet - France 2

Un peu plus d'un mois après sa mise en service, il a interdiction de rouler jusqu'à nouvel ordre. Le Fyra, un train qui reliait Bruxelles et Amsterdam, est cloué à quai depuis le 18 janvier. Belges et Néerlandais l'appellent "le train de la honte", "le train de la poisse". Pourtant, le nom de Fyra est censé rappeler les notions de fierté et de confiance.

Problèmes d'ouverture des portes aux arrêts dans les gares, plus de la moitié des rames affichant d'importants retards… Le train rose et blanc, fabriqué par l'italien AnsaldoBreda, a multiplié les couacs dès son lancement.

Après des problèmes rencontrés avec les marchepieds, des morceaux de la carcasse du train ont été retrouvés sur la voie, vendredi. Il s'agissait d'une partie du capot qui s'était détachée de la locomotive. Incident qui a décidé les autorités belges à interdire la circulation du Fyra sine die. L'opposition néerlandaise demande une enquête parlementaire. C'est "une mesure grave, mais nécessaire pour aller au fond des choses concernant ce dossier catastrophique", estime la parlementaire néerlandaise d'opposition Stientje van Veldhoven, rapporte le site belge La Libre.be. Objectif : définir les responsabilités des entreprises concernées, mais aussi celle du gouvernement belge.

Le train Fyra, qui relie Bruxelles (Belgique) à Amsterdam (Pays-Bas), à Watergraafsmeer (Pays-Bas), le 18 janvier 2013.
Le train Fyra, qui relie Bruxelles (Belgique) à Amsterdam (Pays-Bas), à Watergraafsmeer (Pays-Bas), le 18 janvier 2013. (JERRY LAMPEN / ANP MAG)