Travail dominical : le bras de fer continue à la Fnac

La CFDT s'est prononcée en faveur de l'accord sur le travail dominical. Le groupe propose des compensations importantes aux salariés concernés.

FRANCE 2

Mercredi 20 janvier, trois syndicats, la CGT, Sud, et Force ouvrière ont exprimé leur droit de véto sur le travail dominical au sein de l'enseigne Fnac. Ils le peuvent, car ils totalisent 50% des voix aux élections professionnelles. Une prise de position inverse à celle de la CFDT qui s'était exprimée en faveur de l'accord. Le bras de fer est donc engagé entre les syndicats.

Un recul social pour certains

"On considère que les contreparties qu'on a négociées sont bonnes pour les salariés et elles leurs offrent de vraies garanties", explique Pascal Morel de la CFDT Fnac. Les salariés à Paris ou dans certaines zones touristiques en France seraient payés triple 12 dimanches par an. Les 40 autres dimanches de l'année seraient payés double. Le travail dominical se ferait uniquement sur la base de volontariat et les frais de taxis et de garde d'enfants seraient pris en charge par l'entreprise. Certains syndicats dénoncent un recul social. Les clients sont également partagés.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un magasin Fnac à Milan (Italie), le 29 novembre 2012. 
Un magasin Fnac à Milan (Italie), le 29 novembre 2012.  (OLIVIER MORIN / AFP)