Cet article date de plus d'un an.

Rallye, maison mère de Casino, lance une procédure de conciliation avec les créanciers

La maison mère de Casino cherche depuis des années à se désendetter, sans succès.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
Un client dans les allées d'un supermarché Casino, le 28 avril 2023 à Villefranche-sur-Saône (Rhône). (JEFF PACHOUD / AFP)

Rallye, la maison mère de Casino, a annoncé, lundi 22 mai, l'ouverture d'une procédure de conciliation avec ses créanciers par le tribunal de commerce de Paris, afin d'avancer sur la renégociation de sa dette. Les discussions amiables annoncées le 25 avril dernier n'ayant pas abouti, Rallye a "décidé de solliciter l'ouverture d'une procédure de conciliation afin de bénéficier d'un cadre juridique plus protecteur pour poursuivre les discussions" avec les créanciers, ce que le tribunal de commerce a accepté, selon un communiqué du groupe.

Une dette à près de 10 milliards d'euros

"Le président du tribunal de commerce de Paris a ouvert ce jour une procédure de conciliation à l'égard de Rallye, Foncière Euris, Finatis et Euris, pour une durée initiale de quatre mois, prorogeable le cas échéant d'un mois complémentaire", et désigné deux conciliateurs, poursuit le texte. Cette annonce ne concerne pas directement le groupe de distribution Casino, en difficultés financières, qui lui s'est laissé jusqu'au 23 mai, 17h00, avant de décider de l'opportunité d'une procédure de conciliation avec ses créanciers.

Casino est endetté à hauteur de 6,4 milliards d'euros à fin 2022 (dont 4,5 milliards sur son activité France), auxquels s'ajoutent plus de trois milliards de dette pour la maison mère du groupe, Rallye. Rallye, ainsi que la cascade de holdings par lesquelles Jean-Charles Naouri détient le contrôle du distributeur, avaient bénéficié en mai 2019 d'un placement en procédure de sauvegarde. Casino, qui emploie plus de 50 000 personnes en France et 200 000 dans le monde sous de nombreuses enseignes, dont Monoprix ou Franprix, lutte depuis des années pour se désendetter, jusque-là sans succès.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.