Emploi : General Electric revient sur ses promesses

Le géant américain General Electric ne tiendra pas sa promesse de création d'emplois. En 2014, lors du rachat de la partie énergie d'Alstom, elle avait promis la création d'un millier d'emplois.

Voir la vidéo
FRANCE 2

General Electric n'a pas tenu sa promesse. Le géant américain s'était engagé à créer 1 000 emplois en France d'ici fin 2018. Aujourd'hui, le groupe annonce qu'il ne pourra pas honorer son engagement. La compagnie explique être confrontée à un environnement difficile du fait de "l'évolution défavorable de ses marchés historiques dans le secteur de l'énergie". Les syndicalistes ne sont pas surpris.

323 emplois créés contre 1 000 prévus

En 2014, General Electric obtient l'aval du gouvernement pour acheter la branche énergie d'Alstom pour 13,5 milliards avec, dans la balance, la création d'un millier d'emplois. Le PDG de la compagnie annonce un an plus tard une chute du chiffre d'affaires des activités hydro-électrique. General Electric ne crée finalement que 323 d'emplois et finira même par en supprimer. L'an dernier, le site de Grenoble (Isère) a vu la suppression de 345 postes. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Site General Electric à Grenoble (Isère).
Site General Electric à Grenoble (Isère). (JEAN-PIERRE CLATOT / AFP)