Emploi : General Electric, des promesses non tenues !

L'entreprise américaine General Electric ne tiendra pas sa promesse de création de 1000 emplois. Elle pourrait payer 34 millions d'euros d'amende.

France 2

La promesse de l'entreprise américaine General Electric de créer 1 000 emplois vole en éclat. Le groupe ne pourra pas honorer son engagement d'ici à la fin de l'année. Selon le président-directeur général (PDG) de l'entreprise, le contexte économique actuel du secteur de l'énergie est très difficile et ne leur permettrait pas de créer ces emplois en France. Même si les salariés avaient peu d'espoir que l'entreprise tienne sa promesse, c'est la déception qui prime chez eux cet après-midi.

34 millions d'euros d'amende

En 2014, après un bras de fer avec le gouvernement socialiste, General Electric obtient un feu vert pour acheter la branche "Energie" d'Alstom. L'accord devait garantir la création de 1000 emplois, sous peine de sanctions financières. Aujourd'hui, l'entreprise risque de devoir payer 50 000 euros par emplois non créés, soit près de 34 millions d'euros. Selon certains syndicats, l'entreprise savait dès le début qu'elle ne pourrait pas régler sa promesse.

Le JT
Les autres sujets du JT
Alstom à Levallois-Perret.
Alstom à Levallois-Perret. (PATRICK KOVARIK / AFP)