Monsanto définitivement condamné dans l'affaire du désherbant Roundup

La Cour suprême des Etats-Unis a refusé un appel de l'entreprise dans le procès intenté par un retraité qui impute son cancer à l'herbicide.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des bouteilles du désherbant Roundup de Monsanto le 19 juin 2018 à Glendale (Californie). (ROBYN BECK / AFP)

Une condamnation immuable. La Cour suprême des Etats-Unis a refusé, mardi 21 juin, un appel de Monsanto, désormais propriété du groupe allemand Bayer. Ce qui rend ainsi définitive sa condamnation à verser 25 millions de dollars à un retraité qui impute son cancer au désherbant Roundup, qu'il a utilisé sur sa grande propriété pendant 25 ans. Edwin Hardeman avait été diagnostiqué d'un lymphome non hodgkinien en 2015. Il a été un des premiers plaignants à attaquer Monsanto en justice.

Conformément aux usages, la haute juridiction n'a pas justifié sa décision, qui risque d'avoir de lourdes conséquences pour le groupe, visé par plus de 30 000 plaintes comparables. Le groupe Bayer a fait savoir qu'il avait mis 4,5 milliards de dollars supplémentaires de côté pour faire face à de nouvelles procédures. L'action Bayer a chuté de 4,07%, à 60,79 euros, à la Bourse de Francfort après l'annonce.

"Bayer exprime respectueusement son désaccord avec la décision de la Cour suprême" mais "est totalement prêt à faire face au risque légal associé à de futures plaintes potentielles aux Etats-Unis", a réagi le groupe dans un communiqué. L'entreprise précise "n'admettre aucun tort ni responsabilité" et "continuer à soutenir ses produits Roundup, un outil précieux pour une production agricole efficace dans le monde".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monsanto

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.