Le directeur général du PMU, Cyril Linette, révoqué "pour faute"

Il lui est reproché d'avoir pris "des positions contradictoires dans la gestion du projet Thémis, changeant publiquement d’avis sans la moindre concertation préalable avec le conseil d’administration".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Cyril Linette, alors directeur général du PMU, à Paris, le 28 octobre 2015. (PHOTO12 / DAMIEN GRENON / AFP)

Cyril Linette n'est plus directeur général du PMU. Une assemblée générale extraordinaire "a mis fin" à ses fonctions "à compter de ce soir", a annoncé le groupe dans un très court communiqué"Il a été révoqué à l'unanimité pour faute, a précisé à l'AFP une personne présente. "Il s'est défendu avec émotion et a dénoncé un manque de soutien des trois présidents (de France Galop, du Trot et du PMU) depuis plusieurs mois". 

L'assemblée générale extraordinaire avait été convoquée pour délibérer de la "révocation pour faute" du directeur général Cyril Linette accusé de s'être "rendu coupable récemment d'agissements qui portent atteinte au GIE", groupement d'intérêt économique. Le GIE PMU compte 57 membres : les associations à but non lucratif France Galop et Le Trot (sociétés mères du PMU), ainsi que 55 sociétés de courses régionales. Il est reproché à Cyril Linette d'avoir pris "des positions contradictoires dans la gestion du projet Thémis, changeant publiquement d'avis sans la moindre concertation préalable avec le conseil d'administration, tout en envoyant des lettres accusatoires à l'encontre des administrateurs et des sociétés mères", selon la convocation.

Un prochain conseil d'administration le 26 octobre

Le projet Thémis prévoit de réunir le PMU, France Galop et Le Trot dans un même immeuble, dans le nord de Paris. "Récemment, plutôt que de louer cet immeuble commun, les deux sociétés-mères ont voulu acheter un immeuble et que le PMU en soit locataire d'une partie", a expliqué à l'AFP Jean-François Périnel, le secrétaire général du CE, représentant le syndicat majoritaire du PMU, le CAT. 

Dans la convocation, il était reproché à Cyril Linette d'avoir "créé des conditions de défiance à l'égard des membres du GIE et des sociétés mères" et "un climat social conflictuel". "Un parachute de 675 000 € devrait néanmoins ralentir sa chute, sans compter une prime de non-concurrence de 375 000 € que l’assemblée générale décidera ou pas de lui attribuer, rapporte Ouest-France. Et pendant ce temps-là, les chevaux courent toujours." Le conseil d'administration se réunira le 26 octobre, afin d'organiser l'intérim de la direction générale.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Entreprises

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.