L'entreprise Thales va embaucher 6 000 personnes en 2016

Le groupe d'électronique français cherche à renforcer ses équipes dans le développement, la cybersécurité et la recherche.

Le site de Thales à Toulouse (Haute-Garonne), le 23 janvier 2013.
Le site de Thales à Toulouse (Haute-Garonne), le 23 janvier 2013. (REMY GABALDA / AFP)

La visite du président de la République François Hollande, jeudi 28 avril, dans une usine du groupe Thales, à Gennevilliers (Hauts-de-Seine), a été l'occasion d'annoncer une bonne nouvelle. En 2016, l'équipementier français spécialisé dans l'aérospatial, la défense et la sécurité va embaucher 6 000 personnes, dont 2 000 à 2 500 en France. Parmi les profils recherchés, des ingénieurs travaillant dans la recherche, le développement et la cybersécurité.

Moins d'entreprises "défaillantes" 

Sur place, François Hollande a estimé que la forte baisse des défaillances d'entreprises (-10,1%) au 1er trimestre 2016 était "le meilleur chiffre pour saluer le fait que la reprise économique est là". "Ça veut dire qu'il y aura moins de suppressions d'emplois", a-t-il ajouté.

Mardi, le PDG de Thales, Patrice Caine, a déclaré qu'il espérait remporter cette année un contrat de plus d'un milliard d'euros pour la fourniture de sonars et d'équipements de communications dans le cadre du contrat de sous-marins remporté par sa filiale DCNS en Australie. Ce contrat est estimé à 34 milliards d'euros et devrait se traduire par 3 000 à 4 000 emplois pérennisés en France, selon le ministère de la Défense.

L'an dernier, Thales a recruté 4 500 personnes, dont un tiers en France.