Le groupe français DCNS remporte un contrat "historique" de sous-marins à 34 milliards d'euros en Australie

DCNS était en compétition pour ce contrat avec un groupe allemand et un consortium japonais.

Un modèle de sous-marin de DCNS commandé par l\'armée australienne. Photo diffusée par le groupe français le 22 avril 2016.
Un modèle de sous-marin de DCNS commandé par l'armée australienne. Photo diffusée par le groupe français le 22 avril 2016. (REUTERS)

C'est un choix "historique", selon l'Elysée. Le groupe français DCNS, spécialiste du secteur naval de défense, a remporté, mardi 26 avril, un contrat estimé à 50 milliards de dollars australiens (soit 34,5 milliards d'euros) pour la construction de la prochaine génération de sous-marins australiens. Détenu par l'Etat français et Thalès, DCNS  était en compétition avec l'allemand ThyssenKrupp Marine Systems (TKMS) et un consortium emmené par Mitsubishi Heavy Industries, soutenu par le gouvernement japonais.

Des sous-marins mis en service en 2027

Ce contrat – la plus importante commande militaire passée par l'Australie – porte sur 12 sous-marins océaniques de plus de 4 000 tonnes. Ils devront remplacer les sous-marins actuels de la classe Collins fonctionnant au diesel et à l'électricité. 

Ce contrat comprend aussi un "partenariat stratégique entre les deux pays, qui vont coopérer durant 50 années", précise l'Elysée. Car il englobe les infrastructures, la maintenance et la formation des équipages. L'entrée en service des nouveaux sous-marins est prévue en 2027.

"Ce nouveau succès sera créateur d'emplois"

Lors d'une conférence de presse, le Premier ministre australien, Malcolm Turnbull, a indiqué que la recommandation du panel chargé d'étudier les offres était "sans équivoque". "L'offre française présentait les meilleures capacités pour répondre aux besoins uniques de l'Australie", a déclaré le chef du gouvernement à Adelaïde, cinquième ville du pays, où les sous-marins seront construits.

"La France est reconnaissante de la confiance que lui témoigne l’Australie et fière de l’excellence technologique dont ses entreprises ont su faire preuve dans cette compétition de haut niveau. Ce nouveau succès sera créateur d’emplois et de développement en France comme en Australie", s'est félicité François Hollande. Le chef de l'Etat annonce également qu'il a demandé à Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, de se rendre en Australie "afin de lancer rapidement l’accompagnement de ce programme industriel".