Indication géographique : un sésame pour les productions d'excellence

De nombreuses productions françaises d'exception tentent d'obtenir le sésame de l'indication géographique.

France 2

Justine Weyl est sur le plateau de France 2 et revient sur la mise en place des indications géographiques. "Les parapluies d'Aurillac, le granit breton, la dentelle de Calais Caudry, les couteaux Laguiole, les Grenats de Perpignan ou encore les Émaux de Longwy..., une vingtaine de productions d'excellence y réfléchissent et selon l'Institut national de la propriété industrielle (INPI), entre 100 et 200 produits pourraient obtenir cette appellation", indique la journaliste.

Informer le consommateur

L'obtention de cette indication géographique est à l'initiative des fabricants. "Ce sont eux qui définissent les critères d'authenticité d'un objet, cela peut être l'origine des matières premières, le processus de fabrication, le temps de cuisson... Ces critères doivent ensuite être validés par l'INPI pour s'assurer qu'ils sont assez rigoureux et pertinents", précise la journaliste. Cette indication géographique est une protection pour le consommateur, qui est sûr de ce qu'il achète, de la provenance et de l'authenticité des produits.

Le JT
Les autres sujets du JT