Cet article date de plus de huit ans.

Edouard Leclerc, fondateur de la chaîne de supermarchés, est mort à 85 ans

Edouard Leclerc, fondateur de l’enseigne de grande distribution du même nom, est mort, lundi 17 septembre, à l'âge de 85 ans.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Edouard Leclerc dans les années 1960, dans un de ses magasins parisiens. (AFP)

ENTREPRISES - Edouard Leclerc, fondateur de l’enseigne de grande distribution du même nom, est mort, lundi 17 septembre à Saint-Divy (Finistère), à l'âge de 85 ans, a indiqué la mairie de la commune.

Né le 20 novembre 1926 à Landerneau (Finistère), Edouard Leclerc était le fondateur des centres E. Leclerc, une coopérative de patrons propriétaires née dans un hangar breton et propulsée au rang de première enseigne française de distribution alimentaire.

Selon Ouest France, Edouard Leclerc a succombé à un arrêt cardio-respiratoire à son domicile, au manoir de La Haye à Saint-Divy, près de Landerneau, où il a été retrouvé inconscient en début d'après-midi. Malgré l’intervention des secours et du Smur, il n’a pu être réanimé, indique le quotidien régional.

Edouard Leclerc (droite) et son fils Michel-Edouard font la publicité de leurs promotions à Brest (Finistère) devant une station d'essence, le 26 janvier 1985. (ANDRE DURAND / AFP)

Edouard Leclerc était père de trois enfants, dont Michel-Edouard Leclerc, PDG de l'entreprise depuis 2005 et coprésident depuis 1988.

Court-circuiter les fournisseurs

Issu d'une famille nombreuse catholique très pratiquante, Edouard Leclerc ouvre en 1949, avec sa femme Hélène, une épicerie dans un hangar à Landerneau, où il vend à prix de gros des produits de consommation courante : biscuits, huile et savon. Il se fournit directement chez les producteurs pour court-circuiter les fournisseurs et supprimer leurs marges, faisant ainsi baisser les prix.

Il permet ensuite à ses disciples d'utiliser gratuitement son nom pour ouvrir leurs magasins, pourvu qu'ils respectent sa conception de la distribution. Après la Bretagne, il vise le territoire national, non sans résistances et échauffourées : on l'accuse de "tuer le petit commerce". En 1960, il gagne les premiers procès contre des marques qui refusent de l'approvisionner.

Edouard Leclerc, le 17 février 1963, devant sa première boucherie à Paris. (AFP)

Un défenseur du consommateur

Le mouvement se structure avec la création en 1964 de l'Association des centres distributeurs E. Leclerc (ADCLec). Mais en 1969, c'est la scission : plusieurs dizaines de distributeurs quittent Leclerc pour fonder Ex, futur Intermarché/Les Mousquetaires.

Patron médiatique, il se pose en défenseur du consommateur et pourfendeur des monopoles. Une tactique reprise et amplifiée par la suite par son fils Michel-Edouard. L'enseigne n'hésite pas à vendre moins cher qu'autorisé pour faire plier les pouvoirs publics. Elle obtient gain de cause avec la libéralisation du prix des carburants, mais doit s'avouer vaincue sur le prix unique du livre.

FTVi

Près de 700 magasins en France

Au fil du temps, Leclerc a élargi son activité : carburants, bijoux, voyages, parapharmacie et biens culturels, devenant le deuxième libraire de France derrière la Fnac. Mi-2011, le groupement comptait 686 magasins alimentaires en France, mais son fondateur n'en aura détenu que deux, à Landerneau et à Brest.

L'épicerie, fondée avec un capital de 5 000 francs, a donné naissance à un groupement dont les ventes atteignaient 40 milliards d'euros en 2010, implanté, outre en France, en Espagne, Italie, Pologne, Portugal, Andorre et Slovénie.

Très critique envers les gouvernements successifs, Edouard Leclerc vouait une grande admiration au général de Gaulle. En 1987, il envisage de se présenter à l'élection présidentielle mais y renonce. Montré du doigt à plusieurs reprises pour avoir prétendument joué un rôle trouble sous l'Occupation, il a gagné tous ses procès en diffamation.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Entreprises

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.