Cet article date de plus de deux ans.

Le volailler breton Doux placé en liquidation judiciaire avec poursuite d'activité

Le tribunal doit maintenant choisir dans les semaines qui viennent entre deux offres de reprise.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une usine de l'entreprise Doux à Châteaulin (Finistère), le 23 mars 2018. (FRED TANNEAU / AFP)

L'entreprise Doux, troisième leader mondial de la volaille, vient d'être placée en liquidation judiciaire. C'est le tribunal de commerce de Rennes qui a pris cette décision, mercredi 4 avril, en l'assortissant d'une poursuite d'activité jusqu'au 31 mai. Le tribunal doit désormais choisir dans les semaines qui viennent entre l'offre du groupe français LDC (Poulets de Loué) et l'offre concurrente de l'Ukrainien MHP.

Le projet de LDC permettrait de reprendre 920 emplois et de reclasser l'ensemble des autres salariés du groupe, qui emploie 1 187 personnes. C'est cette option qui serait privilégiée, selon les informations du Monde. Elle a notamment le soutien de l’actionnaire Terrena, des régions Bretagne et Pays de la Loire, et d’une grande partie du personnel.

Un millier d'emplois déjà supprimé en 2012

Doux avait déjà été placé en redressement judiciaire en 2012, ce qui avait conduit à la suppression d'un millier d'emplois. En partie restructuré, il était entré en mars 2016 dans le giron de Terrena, deuxième groupe coopératif agricole français. L'ambition de ce dernier était alors de devenir un "champion de la volaille" grâce à la complémentarité que lui offrait l'acquisition de Doux. Cependant, Terrena a assuré début mars qu'il ne pourrait pas soutenir "éternellement" le volailler.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.