Cet article date de plus de sept ans.

Dominique Strauss-Kahn devient banquier d'affaires

L'ancien patron du FMI prendra la tête de la société financière luxembourgeoise Anatevka, qui sera rebaptisée Leyne, Strauss-Kahn & Partners, le 18 octobre.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Dominique Strauss-Kahn, le 24 septembre 2013, à la gare du Nord, à Paris.  (PAUL HUBBLE/FILMMAGIC/GETTY IMAGES)

DSK tient la banque. L'ancien patron du Fonds monétaire international, Dominique Strauss-Kahn, devient banquier d'affaires en prenant la tête de la société financière luxembourgeoise Anatevka, le 18 octobre. A cette occasion, l'établissement fondé par le financier Thierry Leyne va être rebaptisé Leyne, Strauss-Kahn & Partners ou LSK, selon un communiqué.

La société, calquée sur le modèle des banques d'investissement anglo-saxonnes, est présente dans la gestion d'actifs, le capital risque, l'assurance et l'intermédiation financière. Elle a fait son entrée en mars à la Bourse de Paris, où elle est valorisée à 50,24 millions d'euros. Thierry Leyne compte sur la "vision globale" et l'"expertise unique" de l'ex-ministre de l'Economie et ex-patron du FMI pour "développer un pôle de banque d'affaires, tout en privilégiant notre culture entrepreneuriale internationale". Le groupe compte une centaine de collaborateurs répartis dans six pays (Luxembourg, Belgique, Monaco, Israël, Suisse et Roumanie).

L'ancien présidentiable socialiste cumule désormais les responsabilités : mi-septembre, il a accepté de conseiller le gouvernement serbe pour trois ans, officiellement sans rémunération, afin de l'aider à sortir du marasme l'économie de son pays. En juillet, Dominique Strauss-Kahn avait été nommé membre du conseil de surveillance de deux institutions financières détenues à majorité par les pouvoirs publics russes. Quelques jours après, les juges d'instruction français ont décidé son renvoi devant la justice pour "proxénétisme aggravé" dans l'affaire du Carlton de Lille

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.