Covid-19 : les petites entreprises dénoncent la pression des banques pour rembourser les prêts garantis par l'État

Ces prêts ont été accordés il y a un an pour aider les patrons victimes de la crise sanitaire. Il leur est demandé de définir les modalités de remboursement dès maintenant, sans possibilité de changer de méthode par la suite. 

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Le ministère de l'Économie a garanti, depuis le début de la crise, 134 milliards d'euros de prêts à près de 659 000 entreprises. (GREG LOOPING / HANS LUCAS)

Les banques mettent-elles la pression sur les entreprises pour le remboursement des prêts garantis par l'État dans le cadre de la crise du Covid-19 ? C'est ce qu'assure en tout cas l'U2P, l'union des entreprises de proximité qui représente 3,4 millions de petits patrons en France. Qu'ils aient décidé de rembourser au printemps 2021 ou 2022 ces PGE mis en place il y a un an, il leur est demandé de définir dés maintenant les modalités de remboursement. Et pas question de changer d'avis par la suite.

Des conditions négociées au niveau européen

Échelonner les mensualités jusqu'en 2023 maximum avec un taux d'intérêt qui ne dépasse pas 1,5%. Ou jusqu'en 2026 mais avec un taux moins intéressant jusqu'à 2,5%. Les petits patrons doivent faire leur choix rapidement. Les banques les pressent de définir les modalités de remboursement des prêts garantis par l'État. Ce que ne comprend pas Dominique Métayer, le président de l'union des entreprises de proximité : "À partir du moment où on a fait ce choix, il est irrévocable. Vous ne pouvez pas revenir en arrière, ni pour accélérer, ni pour décélérer."

"On est quand même dans une période très très sensible et il faut que chacun y mette du sien plutôt de se tirer dans les pattes comme on dit."

Dominique Métayer, président de l'union des entreprises de proximité

à franceinfo

Dominique Métayer demande plus de souplesse de la part des banques en période de pandémie. Mais elles ne font qu'appliquer les conditions inscrites dans le contrat passé entre la France et l'Union européenne rappelle Maya Atig, la directrice générale de la Fédération bancaire française : "Le dispositif prévu c'est qu'au bout d'un an il faut faire un choix. Vous savez, la moindre nouvelle discussion avec les autorités prend toujours beaucoup de temps. Dès qu'il faut aller au delà des frontières nationales ça devient beaucoup plus compliqué et quand il faut modifier 800 00 contrats ça ne se fait pas non plus d'un jour à l'autre."

>> Covid-19 : la dette publique française s'est envolée à 115,7% du PIB en 2020, le déficit public à 9,2%.

Les petits patrons en appellent désormais au ministère de l'Économie. Ils ont fait parvenir une lettre à Bruno Le Maire, il y a quelques jours. Depuis le début de la crise, les banques ont accordé pour près de 134 milliards d'euros de PGE à près de 659 000 entreprises. 90% sont des très petites entreprises (TPE). Le prêt, garanti à 90% par l'État sauf pour les grandes entreprises, est accordé pour 6 ans au maximum.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.