Cet article date de plus de sept ans.

Bouygues, Numericable... Ce que l'on sait des offres de rachat de l'opérateur mobile SFR

Vivendi accélère les choses pour vendre sa filiale télécoms. Numéricable a formulé une première proposition de rachat. Et Bouygues va déposer une contre-offre, selon une information du Monde, confirmée à francetv info.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
L'enseigne d'une boutique SFR de Bethune (Pas-de-Calais), le 18 février 2014.  (DENIS CHARLET / AFP)

Les choses se précisent. Confronté aux difficultés de SFR, Vivendi a donné aux prétendants à un rachat de sa filiale télécoms jusqu'à mercredi 5 mars pour déposer des offres fermes. "C'est une date qui pousse Bouygues à sortir du bois", commente à l'AFP une source proche du dossier. Et la stratégie a payé : la société Bouygues a confirmé en fin d'après-midi qu'elle allait déposer une offre de rachat. Les grandes manœuvres autour de SFR ne se feront cependant pas sans l'accord de l'Autorité de la concurrence, car toute opération signifierait un changement majeur du paysage français des télécoms.

Quels sont, avec Bouygues, les racheteurs potentiels de SFR ?

Altice, la maison-mère de Numericable

Vivendi a confirmé fin février avoir été approché par la holding Altice, propriétaire de Numericable, en vue d'un "éventuel rapprochement" avec SFR, tout en assurant ne pas avoir renoncé au projet de mise en Bourse de l'opérateur, qui pourrait intervenir le 24 juin. Altice est prêt à offrir 11 milliards d'euros en numéraire à Vivendi, qui conserverait une part de 32% de l'opérateur tandis que le nouvel actionnaire en obtiendrait 50%, selon un scénario dévoilé par Le Figaro mardi.

En gage de bonne volonté, Patrick Drahi, principal actionnaire de Numericable, s'est engagé dans Le Figaro mardi "à ne pas licencier, à conserver 8 500 emplois chez SFR et 2 400 chez Numericable et même à recruter des commerciaux pour le marché des entreprises", en cas de reprise effective.

Bouygues Telecom

Bouygues Telecom voit d'un mauvais œil cet éventuel mariage, qui l'affaiblirait sur le marché. Le groupe a donc décidé de faire une contre-offre. "L'offre de Bouygues promet à Vivendi une valorisation dont le montant estimé serait supérieur à celui avancé par Numericable", analyse Le Figaro"De sources concordantes, pour allécher le vendeur, Bouygues promet des synergies évaluées à environ 10 milliards d'euros, bien plus que les 6 milliards promis par son rival." 

Sur le terrain social, Bouygues "promet de ne procéder à aucun départ contraint". L'opérateur prévoit même "une redynamisation de l'emploi". En revanche, cette offre signifierait la disparition d'un opérateur et pose des problèmes de concurrence qui ne devraient pas se poser dans le cas d'un mariage entre SFR et Numericable.

Le fonds d'investissement CVC Capital Partners

Selon Le Monde, le fonds d'investissement CVC Capital Partners, qui contrôle l'opérateur suisse Sunrise, est aussi intéressé par SFR. Mais le fonds, contacté par l'AFP, a refusé de commenter ce qu'il a qualifié de "rumeurs"

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Entreprises

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.