Cet article date de plus de huit ans.

Ascométal : la justice choisit l'offre de reprise française

Cette offre prévoit de conserver les six sites français du groupe sidérurgique, ainsi que la quasi-totalité des emplois.  

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le site Ascométal de Leffrinckoucke (Nord), le 7 mars 2014. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

Elle est portée par l'énarque Frank Supplisson et l'industriel Guy Dollé. Le tribunal de commerce de Nanterre (Hauts-de-Seine) a choisi l'offre de reprise française pour le groupe sidérurgique Ascométal, rapportent des sources judiciaires, jeudi 22 mai.

La justice a retenu l'offre qui conservait les six sites français d'Ascométal et la quasi-totalité des emplois (1 820 sur près de 1 900), écartant les trois autres candidats, dont le groupe brésilien Gerdau. Ce dernier avait pourtant le soutien de l'administrateur judiciaire.

Une offre soutenue par l'Etat et la CGT

L'offre française avait le soutien de l'Etat et de la CGT, le premier syndicat de cette ancienne filiale d'Usinor spécialisée dans les aciers spéciaux pour l'automobile et le secteur pétrolier. 

"Le tribunal a fait le choix de l'offre la mieux-disante industriellement, socialement et financièrement", se sont félicités Frank Supplisson et Guy Dollé (ex-directeur général d'Arcelor), dans une déclaration conjointe.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Entreprises

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.