Areva : l'Etat a tranché pour la cession des réacteurs à EDF

Le gouvernement a annoncé le démantèlement du groupe nucléaire et la cession d'une partie de l'activité à EDF.

FRANCE 3

Confronté aux pertes du groupe nucléaire Areva, l'Élysée a acté le démantèlement et a annoncé céder une part majoritaire de l'activité, notamment les réacteurs, à EDF. Un tiers des 44 000 salariés d'Areva sont concernés et leur première réaction a été d'exprimer leur inquiétude. "On sait très bien que les réorganisations ont pour but principal de diminuer la masse salariale", confie au micro de France 3 Anne-Marie Cailletaud, CGT-Mines Energie.

Un coût pour EDF

Ce jeudi 4 juin, Emmanuel Macron, le ministre de l'Économie s'est voulu rassurant : "Un : pas de licenciement sec. Deux : préservation de tous les sites de production pour des raisons d'abord de qualification, de savoir-faire, et également des raisons de sûreté nucléaire". Trois mois après l'annonce d'une perte de près de cinq milliards d'euros l'an dernier, Areva ne s'occupera plus que d'extraire, transformer, puis recycler l'uranium. EDF va quant à elle devoir mettre la main à la poche et il ne semble pas impossible que ce soit ses clients qui devront supporter le coût de ce rapprochement industriel.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le groupe Areva a accusé une perte nette de près de 5 milliards d\'euros en 2014, en raison notamment d\'importantes dépréciations d\'actifs.
Le groupe Areva a accusé une perte nette de près de 5 milliards d'euros en 2014, en raison notamment d'importantes dépréciations d'actifs. ( CHARLES PLATIAU / REUTERS)