VIDEO. Pourquoi tout le monde veut sauver l'usine Alstom de Belfort

Après l'annonce de la fermeture de l'usine Alstom de Belfort, de nombreux politiques ont fait entendre leur voix. L'objectif : montrer que chacun défend la locomotive du "Made in France".

Branle-bas de combat pour sauver l'usine Alstom de Belfort. Le site de Bourgogne-Franche-Comté qui fabrique des locomotives et emploie 480 employés est devenu en quelques jours le symbole de l'industrie en péril. Mardi 13 septembre, François Hollande a assuré que "tout sera fait pour que le site de Belfort puisse être pérennisé. Ça veut dire pour de nombreuses années." Un moyen d'éviter que l'épisode de Florange, avec la fermeture des hauts-fourneaux de Moselle en 2013, ne se reproduise.

Mobilisation politique

De nombreux candidats fraichement lancés dans la campagne présidentielle ont aussi pris position. "Ce qui est invraisemblable c'est [que l'Etat] a l'air de découvrir le problème" a lancé Alain Juppé. A gauche, Benoît Hamon a critiqué "l'impuissance volontaire" de l'Etat.

Quelques jours après avoir défilé au salon du "Made in France", les candidats à la prsédientielle viennent de trouver un exemple concret pour tenter d'imposer leur programme économique.

  
   (AFP)