Olivier Kohler (CFDT Alstom) : "Nous sommes engagés dans une guerre, un bras de fer"

Dans un message adressé aux salariés, la direction d'Alstom a déclaré qu’il apparaît "aujourd'hui impossible d'assurer un avenir pérenne" pour le site de Belfort. "C'est une déclaration de guerre", a réagi sur franceinfo Olivier Kohler, délégué CFDT du site de Belfort.

Le site Alstom de Belfort
Le site Alstom de Belfort (SEBASTIEN BOZON / AFP)

"Le communiqué de la direction générale démontre dans quel état d'esprit se montre le PDG," a réagi Olivier Kohler, délégué CFDT du site de Belfort. "Nous sommes engagés dans une guerre, un bras de fer et il faudra la mobilisation de l'ensemble des salariés pour remettre en cause cette décision qu'a prise la direction."

Un message d'Alstom envoyé en retard

Un porte-parole d'Alstom a tenu à préciser que "ce message n'est pas une réponse aux annonces du gouvernement d'hier et d'aujourd'hui. Il a été écrit ce week-end et envoyé ce matin pour des raisons internes." François Hollande a pressé la direction d'Alstom de revenir sur sa décision d'arrêter la production.

Pour le délégué CFDT du site de Belfort, cela ne change rien. "Ce choix est inadmissible, intolérable. L'avenir de 400 personnes, ici sur Belfort, est remis en cause. Ce sont des familles entières dont l'avenir est assombri. Les prises en compte par le gouvernement, par le chef de l'État n'ont pas été suffisantes."

Olivier Kohler a prévenu que les salariés étaient "prêts à monter au créneau et à prévoir des actions." Une assemblée générale est prévue à 14h ce mardi, avec tous les salariés.

Olivier Kohler, délégué CFDT du site de Belfort : "il faudra la mobilisation de l'ensemble des salariés pour remettre en cause cette décision qu'a prise la direction"
--'--
--'--