Énergie : quels sont les enjeux de la restructuration d'EDF pour les barrages français ?

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
Energie : quels sont les enjeux de la restructuration d'EDF pour les barrages français ?
France 3
Article rédigé par
S.Feydel, M.Anglade, J.Pires, Images drone : N.Ubelmann - France 3
France Télévisions

L’avenir des barrages de l’Hexagone est au centre du nouveau projet de restructuration d’EDF. Le bras de fer continue entre l’Europe et la France, et rien n’est encore tranché. 


La question de l’ouverture à la concurrence des barrages hydrauliques refroidit les relations entre la France et la Commission européenne depuis 15 ans. Ces réserves d’eau et d’électricité représentent 12% de la production électrique, un maillage essentiel de la stabilité du réseau. "L’usine de Grand'Maison, c’est le plus grand barrage hydroélectrique d’Europe, une usine qui est particulièrement importante, notamment en cas de vague de froid quand il faut que la production rejoigne la consommation le plus vite possible", explique Philippe André, prévisionniste hydro-météo
. Les 433 barrages qui produisent de l’électricité appartiennent à l’Etat et sont gérés à 80% par EDF. Cette position dominante permet aujourd'hui d’assurer une sécurité maximale selon Philippe André, également syndicaliste SUD Energie. "Les barrages sont des objets industriels très dangereux, potentiellement les plus dangereux après les centrales nucléaires, précise ce dernier. Le barrage du Chambon (Isère) (…) en cas de rupture entraîne au bout de trois quarts d’heure une vague de quatre à six mètres dans les rues de Grenoble." 

Un enjeu de "souveraineté énergétique française"

Plusieurs manifestations ont déjà eu lieu pour dénoncer le risque d’ouverture à la concurrence. Certains élus craignent par ailleurs, en cas d'ouverture à la concurrence, une augmentation des tarifs. "Les barrages hydroélectriques ont été financés par les contribuables français, explique de son côté Raphael Boroumand, économiste et spécialiste de l’énergie. Ce n’est pas au moment où ils sont rentables qu’il faut les vendre ou ouvrir à la concurrence pour le secteur privé. Il s’agit d’un patrimoine naturel, et d’infrastructures qui sont stratégiques dans le cadre de la souveraineté énergétique française." Le sort des barrages est aujourd’hui lié à Hercule, le projet de réorganisation d’EDF. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.