Cet article date de plus d'un an.

Crise énergétique : "On ne va pas interdire aux gens de recharger leur véhicule électrique", assure le ministre des Transports Clément Beaune

Publié
Article rédigé par franceinfo
Radio France

Mercredi, le gestionnaire RTE a évoqué la possibilité de "décaler" la recharge des véhicules électriques des particuliers en cas de pénurie d'électricité.

"On ne va pas interdire aux gens de recharger leur véhicule électrique", a rassuré sur franceinfo vendredi 23 septembre Clément Beaune. Le ministre des Transports réagissait à l'annonce mercredi par le gestionnaire du réseau de transport d'électricité (RTE) de la possibilité de "décaler" la recharge des véhicules électriques pour les particuliers en cas d'alerte rouge sur le dispositif Ecowatt.

>>> Voiture électrique à 100 euros par mois : "Je vais être franc, c'est compliqué", admet le ministre des Transports

RTE a même proposé de couper l'accès à ces bornes de recharge dans le parking des immeubles de bureaux et les bornes en libre accès entre 18 heures et 20 heures, une plage horaire soumise à un pic de consommation énergétique.

"On ne va pas désactiver les bornes de recharge"

Clément Beaune a tenu à souligner qu'il s'agissait seulement d'une "recommandation" de RTE. "Si on peut, pour ceux qui ont de la flexibilité, recharger à un autre moment que les heures de pointes, le matin après 8 heures et le soir entre 18 heures et 20 heures. Si vous avez un usage contraint, il faut continuer à le faire à ces heures-là", a reconnu le ministre. "Si vous pouvez brancher votre véhicule plutôt après 20 heures, c'est mieux" afin de limiter les pics de consommation, un geste "utile" selon le ministre.

"On ne va pas désactiver les bornes de recharges électriques", a insisté Clément Beaune. Ce serait un message "contradictoire", selon lui alors que le gouvernement souhaite "encourager" l'achat de véhicules électriques "par des aides". "Il ne faut pas dissuader l'utilisation du véhicule électrique", a ajouté le ministre.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.