Appel à témoignages La température du chauffage collectif est un sujet de discorde dans votre immeuble ? Racontez-nous

Alors que les températures ont commencé à baisser, à l'approche de l'hiver, la question du chauffage peut faire l'objet de discussions, parfois animées, au sein des copropriétés. Un débat à l'heure où le gouvernement appelle à la sobriété énergétique. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Un chauffagiste nettoie une chaudière à gaz à Illiers-Combray (Eure-et-Loir), le 30 septembre 2022.  (JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)

Ils ont enfilé leur col roulé pour faire face à la baisse des températures. Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, et Emmanuel Macron, veulent ainsi montrer l'exemple aux Français, appelés à "être au rendez-vous de la sobriété" : il faut se couvrir chaudement, avant d'allumer le chauffage. L'objectif est de consommer moins d'électricité cet hiver puisque cette énergie pourrait manquer si les températures baissent trop brutalement. 

Elles ont justement commencé à diminuer cet automne. Alors faut-il rallumer le chauffage ? Dans les copropriétés où il est souvent collectif, cette question peut être l'objet de débat. Si la température maximale recommandée est de 19 degrés, tous les appartements ne semblent pas bénéficier du même niveau de confort avec le chauffage collectif. 

Vous êtes dans une copropriété où ce sujet est au centre des discussions ? Il fait trop chaud chez vous et vous êtes parfois obligés d'ouvrir les fenêtres en plein hiver ? Au contraire, malgré le chauffage collectif, la température vous semble toujours trop basse dans votre logement ? Le chauffage est devenu un sujet de conflit avec vos voisins ? Votre témoignage intéresse franceinfo. 

N'oubliez pas de laisser vos coordonnées afin qu'un journaliste puisse éventuellement vous recontacter. Elles resteront bien entendu confidentielles et votre témoignage pourra demeurer anonyme.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Crise énergétique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.