VIDEO. La recette des abattoirs allemands

Les abattoirs français sont à la peine, alors que les abattoirs allemands se portent bien. Quelle est la recette outre-Rhin ? France 2 fait le point.

Voir la vidéo
FRANCE 2
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Dans le Finistère, les abattoirs GAD ont licencié plus de 800 salariés en octobre 2013. En Bretagne, le volailler Tilly-Sabco a largement taillé dans ses effectifs. En Normandie, AIM se retrouve en redressement judiciaire. Aujourd’hui, en France, de plus en plus d’abattoirs sont en difficulté, alors que la filière allemande se porte bien. Pour quelles raisons ?

Production de masse et main-d’œuvre bon marché

"Les abattoirs allemands sont modernes et robotisés, tandis que les abattoirs en France sont moins modernes et plus petits", explique le journaliste de France 2 Jean-Paul Chapel. "En France, en moyenne, on abat 2 millions de porcs par an, alors qu’en Allemagne, on en abat 5 millions par an. Une production de masse qui permet de réduire les coûts", poursuit le journaliste.
"Ensuite, les abattoirs allemands ont un autre avantage : la main-d’œuvre bon marché. Ce sont les travailleurs détachés originaires des pays de l’Est", conclut Jean-Paul Chapel.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des ouvriers coupent de la viande dans l\'un des abattoirs d\'une société roumaine exportatrice de viande chevaline en Europe, le 12 février 2013.
Des ouvriers coupent de la viande dans l'un des abattoirs d'une société roumaine exportatrice de viande chevaline en Europe, le 12 février 2013. (DANIEL MIHAILESCU / AFP)