VIDEO. Goodyear : que sont devenus les ex-employés un an après ?

Un an après la fermeture de l'entreprise Goodyear d'Amiens et le licenciement de près de 1 200 personnes, France 3 a rencontré trois anciens employés.

FRANCE 3

Le 22 janvier 2014, l'usine Goodyear d'Amiens ferme ses portes et plus d'un millier d'employés se retrouvent sans activité. Parmi eux, Jonathan Semedo est un chanceux, il a retrouvé du travail deux mois seulement après son licenciement. "J'ai un ami qui voulait quitter son emploi et je lui ai demandé les coordonnées. Le jour même, j'ai demandé un rendez-vous avec le patron. Il m'a reçu le lendemain", se remémore-t-il.

90% des licenciés n'ont pas retrouvé d'emploi à plein temps

Mais pour la plupart des personnes licenciées, tout n'a pas été aussi simple. Un an après la fermeture de l'usine, plus de 90% des salariés n'ont toujours pas retrouvé une activité à temps plein. "Pendant huit mois, j'ai eu l'espoir qu'on nous reprenne. J'ai fait des recherches d'emploi par moi-même en tant gardien, technicien de maintenance qui n'ont abouti à rien", déclare Didier Caron. Il envisage aujourd'hui de vendre sa maison pour monter un restaurant franchisé.

Aucun soutien

Il n'est pas le premier à vouloir devenir son propre patron. Stéphane Chevin pensait reprendre le bar-tabac du village dont il est le maire, mais il n'a pas été soutenu, ni par les banques ni par la cellule de reclassement financée par Goodyear. "Le premier responsable que j'ai vu m'a tout de suite dit que ça ne fonctionnait pas. J'ai changé d'objectif et je suis à la recherche d'un emploi tout simplement...", explique-t-il.

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'usine Goodyear d\'Amiens-Nord (Somme), le 7 février 2013. 
L'usine Goodyear d'Amiens-Nord (Somme), le 7 février 2013.  (PHILIPPE HUGUEN / AFP)