L'intérim, un tremplin vers l'emploi stable

Selon une étude réalisée par les instituts BVA et Geste pour le Prisme et l'observatoire des métiers et de l'emploi (OME) auprès de 5 000 intérimaires, l'intérim débouche sur des embauches en CDD et CDI.

Malgré la crise, le taux de passage de l'intérim vers un CDD ou un CDI reste sensiblement identique. C'est l'une des conclusions du point d'étape du rapport "Trajectoire et devenir de 5 000 intérimaires mars 2009 - décembre 2010" réalisé par les instituts BVA et Geste pour le Prisme et l'observatoire des métiers et de l'emploi (OME). 

Moyen d'accès aux CDD et aux CDI

Après leur passage dans l'intérim début 2009, 17% des intérimaires étaient en CDI ou en CDD en octobre dernier. "Malgré la conjoncture économique défavorable, le taux d'emploi en CDI et CDD reste sensiblement important puisqu'en octobre, 8% des membres du panel étaient titulaires d'un CDI et 9% d'un CDD". L'intérim reste par ailleurs une voie d'accès privilégiée au CDI ou au CDD, puisque "35% des répondants en CDI et 24% pour les individus en CDD déclarent avoir trouvé leur emploi actuel à la suite d'une mission d'intérim". 

Un quart des intérimaires ont bénéficié d'une formation

Autre enseignement, 25% des intérimaires interrogés ont bénéficié d'une formation en 2009. Les jeunes de moins de 25 ans sont la tranche d'âge la plus favorisée pour l'accès à la formation ; l'industrie, les services et le commerce sont les secteurs qui forment le plus. "La formation est motivée dans 28% des cas par le désir d'acquérir une formation supérieure mais aussi d'élargir ses possibilités de missions pour 27% des  salariés interrogés ou de trouver plus facilement un travail pour 11% d'entre eux". Pour 52%, la formation est également un pré-requis avant l'accès à l'emploi.La plupart des formations (62%) sont prescrites par l'entreprise. Une fois sur cinq, c'est l'agence d'intérim qui la propose et, dans  9% des cas, les intérimaires sont eux-mêmes à l'origine de la démarche de formation. 

Frémissement de l'intérim en février

L'impact de la crise écomique sur l'emploi intérimaire s'est néanmoins fait sentir. En effet, "si 76% des intérimaires avaient travaillé au moins 2 semaines par mois en mars 2009", cette proportion a baissé de façon continue pour se stabiliser au mois d'octobre à 58%.François Roux, délégué général du prisme, relève néanmoins" qu'en février, pour la première fois depuis 23 mois, les chiffres de l'intérim ont été positifs, avec + 4%". Il reste prudent et "attend les chiffres de mars pour savoir si la tendance se confirme".

Ce quotidien d'information en ligne des Éditions Législatives est destiné aux professionnels de la fonction ressources humaines. Il traite de l'actualité juridique et sociale RH et des dernières évolutions en matière de stratégie et management RH. Pour tester : ActuEL-RH.fr

Rédigé par Eléonore Barriot pour Actuel RHPublié le 08/04/2010