Le gouvernement annonce une hausse de salaire pour plus de 500 000 soignants à partir d'octobre

Cette mesure coûtera "un peu plus de 200 millions d'euros" au quatrième trimestre 2021, puis "740 millions en année pleine dès 2022", selon le cabinet d'Olivier Véran.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Deux membres du personnel médical transportent un patient à l'hôpital Bretonneau de Tours (Indre-et-Loire), le 2 avril 2021. (GUILLAUME SOUVANT / AFP)

Une bonne nouvelle pour les soignants. Plus d'un demi-million d'infirmiers, aides-soignants et autres personnels paramédicaux des hôpitaux publics bénéficieront d'une revalorisation de leurs grilles de salaires à compter du 1er octobre, a annoncé lundi 12 avril le ministère de la Santé.

Prévue par le "Ségur de la santé" signé en juillet 2020 avec une majorité de syndicats hospitaliers (FO, CFDT, Unsa), cette mesure coûtera "un peu plus de 200 millions d'euros" au quatrième trimestre, puis "740 millions en année pleine dès 2022", selon le cabinet d'Olivier Véran.

Cette somme s'ajoutera aux 7,6 milliards déjà accordés aux 1,5 millions de salariés des hôpitaux et des Ehpad, du public comme du privé, via une augmentation générale de 183 euros net par mois (160 euros dans le secteur privé à but lucratif).

Jusqu'à 468 euros net en plus pour un aide-soignant

Les nouvelles grilles de salaires profiteront en premier lieu aux 200 000 aides-soignants titulaires de la fonction publique hospitalière, qui toucheront 45 euros net de plus par mois après un an de carrière et jusqu'à 468 euros en fin de carrière, selon le ministère. Idem pour les 153 000 infirmiers en soins généraux, qui gagneront 107 euros net de plus avec un an d'ancienneté et jusqu'à 353 euros au dernier échelon.

La revalorisation concernera aussi les infirmiers spécialisés (Iade, Ibode, IPA), les cadres de santé, les auxiliaires de puériculture, ainsi que les professions médico-techniques (manipulateurs radio) et de rééducation (masseurs-kinés).

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.