Indre-et-Loire : troisième jour de grève pour les salariés de Tupperware

Les 235 salariés de Tupperware sont en grève depuis mardi matin pour réclamer un meilleur plan social, leur entreprise devant fermer à la fin du mois de février.

France 3

Troisième jour de grève pour les salariés de l'entreprise Tupperware, à Joué-les-Tours (Indre-et-Loire), un mouvement pour peser sur les négociations. L'enjeu : les mesures du plan social, devenu inévitable. Sur les grilles, les messages de détresse se multiplient. "On se sent abandonnés, on n'est pas estimés, pas reconnus", se désole une salariée. "Ils se fichent carrément de nous, ils n'en ont rien à faire, il n'y en a que pour les gros et nous, on est des moins-que-rien", appuie une autre employée en colère.

Aujourd'hui, Tupperware ne fait plus recette

La fermeture d'usine a été annoncée en octobre par la direction du groupe, en difficulté. Seuls trois sites de production sont conservés en Europe, au Portugal, en Grèce et en Belgique. Aujourd'hui, Tupperware ne fait plus recette. La surproduction atteindrait 35 %. Depuis ce jeudi 4 janvier au matin, les syndicats négocient les conditions de départ, notamment les primes. Autre point clé des négociations, les conditions proposées aux nombreux salariés de plus de 50 ans. Les syndicats réclament des formations longues et une aide à la recherche d'emploi.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le site de production Tupperware à Joué-lès-Tours (Indre-et-Loire), le 27 août 2013.
Le site de production Tupperware à Joué-lès-Tours (Indre-et-Loire), le 27 août 2013. (JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)