Goodyear : le procès en appel commence avec une très forte mobilisation syndicale

Le procès en appel des huit anciens salariés de Goodyear a commencé mercredi 19 octobre. Une forte mobilisation syndicale soutient les prévenus, poursuivis pour avoir séquestré deux cadres de l'entreprise en 2014. En direct d'Amiens (Somme), Clément Weill-Raynal résume les enjeux du procès.

France 3
La mobilisation syndicale qui accompagne les ex-salariés de Goodyear peut-elle influer sur la justice ? "Oui, mais de quelle façon, c'est toute la question", s'interroge le journaliste Clément Weill-Raynal avant de poursuivre : "c'est vrai que la justice sait quelquefois se montrer attentive à la clameur publique, mais cela peut aussi être ressenti pour les magistrats comme une tentative de peser sur leur délibéré".

Un contexte social "difficile"

Le journaliste est revenu sur le message porté par la CGT :"l'objectif est de rappeler le contexte social difficile, la fermeture d'une usine qui est à l'origine de l'affaire. Mais pour le parquet qui a une lecture plus juridique du dossier, les deux cadres n'ont pas seulement été retenus et séquestrés pendant 36 heures. Ils ont aussi fait l'objet d'insultes, d'humiliations et de menaces physiques. Tout cela justifie pour le parquet, les poursuites engagées", conclut-il.
Le JT
Les autres sujets du JT