Cet article date de plus de huit ans.

ArcelorMittal va annoncer la fermeture des hauts fourneaux de Florange

Alors qu'Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif, est attendu à Florange ce jeudi, Libération révèle que le groupe sidérurgique a annoncé à l'Etat la fermeture définitive des deux hauts fourneaux et que le gouvernement travaille à leur reprise pour un euro symbolique. Information confirmée par France Info.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (Mathieu Cugnot / IP3 Maxppp)

Chronique d'une fermeture annoncée. Les deux derniers hauts fourneaux P3 et P6 du site de Florange, en Moselle, étaient à l'arrêt depuis 2011. Fin du suspense. Selon Libération et nos informations, la direction d'ArcelorMittal a confirmé au gouvernement leur fermeture. Les syndicats le redoutaient depuis longtemps. Craintes ravivées ce mercredi quand le groupe sidérurgiste a annoncé un comité central d'entreprise extraordinaire pour lundi matin au siège à Saint-Denis. C'est d'ailleurs à cette occasion que le sidérurgiste devrait annoncer officiellement la nouvelle. 

"Ce n'est pas vraiment une surprise " (Xavier le Coq, CGC)

Avant même ces révélations, le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, avait programmé in extrémis un déplacement ce jeudi à Florange. "Il s'est censé s'adresser aux salariés devant la mairie de Florange , explique Xavier Le Coq, de la CGC. Je me demande bien ce qu'il a à nous dire ". Parce que que la fermeture soit confirmée, dit-il, "ce n'est pas vraiment une surprise ". 

Des négociations depuis trois semaines

Précisément, le gouvernement tente manifestement de sauver ce qui peut l'être. Selon Libération , il serait "en négociations avancées, depuis trois semaines, pour obtenir de Mittal qu'il accepte de céder ces hauts fourneaux pour un euro symbolique ". Des négociations difficiles, souligne le quotidien, qui correspondent à la promesse de François Hollande, pendant sa campagne, de forcer les industriels à céder les sites qu'ils souhaiteraient fermer. Le député PS de Moselle, Michel Liebgott, annonce sur son site internet une rencontre vendredi à Paris entre le chef de l'Etat et le patron d'ArcelorMittal, l'Indien Lakshmi Mittal. 

Pour rappel, en 2011, les deux derniers hauts fourneaux de Lorraine avaient été mis en veille "temporaire" en raison, selon le sidérurgiste, d'une demande insuffisante d'acier en Europe. Un arrêt prolongé à plusieurs reprises. En mars dernier, Nicolas sarkozy avait annoncé un investissement de 17 millions d'euros de la part d'ArcelorMittal dans Florange, pour faire redémarrer le haut fourneau P6 durant le deuxième semestre 2012. En juillet encore, c'est un rapport d'expertise qui concluait à la viabilité du site. Enfin, les dirigeants d'ArcelorMittal le 30 août avaient réaffirmé à Arnaud Montebourg que la France restait "un pays stratégique " pour eux. 

"Peu de monde se faisait encore des illusions sur les intentions de monsieur Mittal , commente le maire de Florange, Philippe Tarillon. Il a prolongé de trimestre en trimestre l'arrêt provisoire des installations en faisant payer largement le chômage partiel par les contribuables. Et en plus, en gagnant de l'argent en vendant des quotas de CO². Quel cynisme ", conclut-il. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Florange

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.