Arjowiggins : le directeur de la papeterie de Bessé-sur-Braye renonce à son projet de reprise

Le projet de reprise porté par le directeur Jean-Christophe Mailhan est abandonné, faute de financements privés.

La papeterie Arjowiggins de Bessé-sur-Braye (Sarthe), le 4 avril 2019.
La papeterie Arjowiggins de Bessé-sur-Braye (Sarthe), le 4 avril 2019. (BORIS HALLIER / RADIOFRANCE)

Le directeur de la papeterie Arjowiggins Papiers Couchés de Bessé-sur-Braye (Sarthe) n'ira pas au bout de son projet de reprise, a appris mardi 21 mai France Bleu Maine auprès de la CGT, confirmant une information de l'hebdomadaire Le Petit Courrier.

"On est un peu assommé", a réagi Laurent Trudel, représentant CGT de la papeterie Arjowiggins Papiers Couchés de Bessé-sur-Braye, à France Bleu Maine. "La direction a jeté l'éponge, poursuit Laurent Trudel. Pour nous c'est difficile parce que ça veut dire qu'il n'y a plus de piste maintenant".

Abandon du projet faute de financements

Faute de financements privés, le projet de reprise porté par le directeur Jean-Christophe Mailhan est abandonné. C'était le dernier espoir auquel s'accrochaient certains des près de 600 salariés de l'usine sarthoise, liquidée le 29 mars dernier.

Arjowiggins, premier employeur de Bessé-sur-Braye et fleuron de l'industrie papetière française, est à la recherche d'un repreneur depuis plus d'un an. Depuis l'arrêt de l'usine sarthoise, il est devenu quasi impossible de s'approvisionner en papier recyclé fabriqué en France, une filière pourtant marquée par une demande en forte croissance. Le tribunal de commerce de Nanterre a prononcé le 29 mars la liquidation judiciaire d'Arjowiggins Papiers Couchés à Bessé-sur-Braye (Sarthe), qui emploie 580 personnes, et la cession partielle de l'usine du Bourray (270 emplois), à Saint-Mars-La-Brière près du Mans.