Ardennes : la ville de Revin minée par la désindustrialisation

Dans les Ardennes, la ville de Revin est frappée par les délocalisations et la désindustrialisation. En 40 ans, elle a vu son nombre d'habitants divisé par deux alors que le chômage a augmenté de 20%. La fin de l'ex-usine Electrolux annoncée le 16 mai est une nouvelle catastrophe pour beaucoup.

France 2

La fermeture de l'ex-usine Electrolux de Revin (Ardennes) annoncée le 16 mai est un coup dur pour les habitants de la commune. Ce sont 157 emplois qui sont ainsi supprimés. Cette fermeture rappelle celle du fabricant de céramique Porcher, en 2011. Pour le maire de la ville, Daniel Durbecq, le constat est rude : "Il y a 35 ans, sur les deux entités, cela faisait environ 4 000 personnes qui travaillaient là. C'était 184 hier et c'est 24 demain".

Un taux de chômage atteint 25%

Plans sociaux après plans sociaux, la ville a perdu la moitié de ses habitants. Ils étaient 13 000 dans les années 1960 contre 6 500 aujourd'hui. Le taux de chômage atteint 25%. Dans le centre-ville, les boutiques fermées côtoient les maisons à vendre. L'ouverture prochaine d'une nouvelle portion d'autoroute pourrait permettre de désenclaver la ville et attirer peut-être de nouvelles entreprises.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des salariés de l\'usine Electrolux de Revin (Ardennes) prennent le chemin du travail, en 2011.
Des salariés de l'usine Electrolux de Revin (Ardennes) prennent le chemin du travail, en 2011. (CELINE SOUHAMI / MAXPPP)