Nucléaire : Areva va supprimer 2 700 postes en France

Le site le plus concerné est celui de Pierrelatte dans la Drôme, avec 450 emplois en moins. Le reportage de France 3.

France 3

450 postes seront supprimés sur le site Areva de Pierrelatte (Drôme), soit près de 15% des effectifs dans la région. "C'était inéluctable, nous sommes décalés en coûts de revient", explique Frédéric de Agostini, directeur général d'Areva Tricastin. Les premiers départs auront lieu dès le 1er avril. Pas de licenciement sec, promet Areva. Mais au total, ce sont 2 700 postes qui vont disparaître en France. FO, majoritaire au Tricastin, accepte ce plan pour redresser la barre, mais pas la CGT.

2015 reste déficitaire

Depuis l'annonce du plan social en octobre, les salariés d'Areva se mobilisent. Mais cela fait cinq ans que le groupe perd de l'argent. En 2014, c'est un record : -4,8 milliards d'euros. Et 2015 reste déficitaire : -2 milliards d'euros. Le résultat d'erreurs de gestion, l'EPR finlandais notamment, pèse lourd dans cet échec. Le plan de sauvetage d'Areva passe par une augmentation massive de capital. L'État a promis de renflouer les caisses à hauteur de cinq milliards d'euros.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le siège d\'Areva à la Défense (Hauts-de-Seine), le 4 mars 2015.
Le siège d'Areva à la Défense (Hauts-de-Seine), le 4 mars 2015. (ERIC PIERMONT / AFP)