13h15, France 2

VIDEO. Recyclage : laver des bouteilles consignées, plutôt que fondre le verre, consomme quatre fois moins d'énergie

Avant le règne du verre jetable, les consommateurs rapportaient leurs bouteilles vides chez le commerçant. Aujourd’hui, la plupart du verre récupéré est fondu. Ce recyclage industriel est pourtant bien plus énergétivore que la filière de réemploi des bouteilles consignées… Extrait du magazine "13h15 le dimanche" du 9 juin 2019.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Une usine près de Nantes fait bien plus écologique que le recyclage classique des bouteilles en verre. Ici, elles ne sont pas fondues… mais lavées. Tout simplement parce que ce processus consomme quatre fois moins d’énergie. L’idée de la bouteille consignée rapportée chez le commerçant était tombée en désuétude ces dernières dizaines d’années. Elle est notamment remise au goût du jour par Célie Couché, fondatrice de l’association Bout’ à Bout’.

Le jeune femme relance ainsi la filière de réemploi des bouteilles en verre en Pays de Loire. Une initiative pour laquelle elle a reçu le prix de l’Innovation sociale en 2017. Elle rend visite ce jour-là à l’un de ses prestataires : "C’est une des dernières machines de lavage de bouteilles qui existe en France. Il y en a moins d’une dizaine qui fait une telle prestation. On a eu la chance d’avoir cet outil comme base pour relancer la filière", explique-t-elle au magazine "13h15 le dimanche" (replay).

Il faut des étiquettes hydrosolubles

"Nous avons eu jusqu’à deux laveuses… Avec l’apparition du verre jetable, l’activité est en diminution, en souffrance même, note une responsable de l’entreprise. Avec Célie, il y a du renouveau et on peut voir la sauvegarde de nos emplois et en créer d’autres." La promotrice du retour de la bouteille consignée tempère le propos : "On ne peut pas dire qu’on a sauvegardé des emplois ici, mais c’est en cours. L’objectif est de les sauver et d’en créer avec la massification des volumes. De son côté, l’association embauche avec cette montée en charge."

Revenir aux pratiques anciennes n’est pas toujours simple. Il y a notamment des obstacles techniques liés aux pratiques actuelles. Célie se trouve ainsi devant des bouteilles de lait vides. Elle se demande si le fournisseur a l’intention de changer ses étiquettes qui collent au verre : "Il faut que je le contacte pour la transition, explique-t-elle en essayant d’en décoller à la main. Ce ne sont pas des étiquettes hydrosolubles mais des adhésifs permanents. Je vais aller le voir pour qu’il ait des adhésifs s’enlevant au lavage, sans retouche manuelle. Parce qu’à grande échelle, ce n’est pas le travail le plus passionnant de la Terre…"

13H15 / FRANCE 2
13H15 / FRANCE 2 (CAPTURE ECRAN / 13H15 / FRANCE 2)