Soupçons d'abus de confiance : les appartements privés à Bercy du ministre des PME, Alain Griset, perquisitionnés

Le ministre est visé par deux enquêtes ouvertes à Paris et à Lille, après des signalements, notamment de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique. Cela concerne des omissions dans sa déclaration de patrimoine.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le ministre délégué aux PME, Alain Griset, en juillet 2020. (ERIC PIERMONT / AFP)

Des perquisitions ont eu lieu en fin de semaine dernière dans les appartements privés à Bercy du ministre délégué aux PME, Alain Griset, a appris franceinfo mardi 16 février auprès de son avocat, confirmant une information du Canard enchaîné.

Des omissions dans sa déclaration de patrimoine

Alain Griset est visé par deux enquêtes, ouvertes à Paris et à Lille, après des signalements, notamment de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique. "La déclaration de situation patrimoniale" de M. Griset, entré en fonction en juillet 2020, "omet des participations financières détenues dans un plan d'épargne en actions, ainsi que le compte espèces associé, pour un montant total de 171 000 euros, afin d'empêcher la révélation de faits susceptibles de recevoir la qualification pénale d'abus de confiance", avait souligné la HATVP.

L’enquête sur les soupçons d’omission d’une partie "substantielle" du patrimoine d'Alain Griset a été confiée au parquet de Paris et celle sur les soupçons d’abus de confiance au parquet de Lille. C’est dans le cadre de l’enquête sur les soupçons d’abus de confiance que les perquisitions ont eu lieu la semaine dernière.

Deux heures de perquisition sans saisie

Le bureau de la Confédération nationale de l'artisanat des métiers et des services (CNAMS) du Nord, dont Alain Griset était le président jusqu'en juillet, lui a confié en 2019 quelque 130 000 euros pour qu'il les place sur son PEA (plan d’épargne en actions). La somme a été remboursée par le ministre, ancien artisan-taxi, peu après son entrée en fonctions en juillet dernier. Il avait évoqué une "maladresse" sans "volonté d’enrichissement personnel".

Contacté par franceinfo, son avocat, Me Patrick Maisonneuve, a indiqué que les perquisitions avaient duré deux heures et que les enquêteurs n’avaient rien saisi, effectuant simplement des vérifications sur ses ordinateurs. Des auditions, dont celles d’Alain Griset, sont prévues dans les prochains jours ou semaines, a-t-il précisé.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.