Pièces à conviction, France 3

VIDEO. Enfants placés : le quotidien difficile d'une famille d'accueil

En danger, abandonnés ou maltraités, certains enfants sont placés en famille d'accueil. Pour les assistants familiaux, la tâche est parfois rude… "Pièces à conviction" a rencontré Frédérique et Didier, qui ont la charge de six enfants placés, dont Mattéo, 13 ans. Extrait de "Pièces à conviction".

PIÈCES A CONVICTION / FRANCE 3

L'Etat a le devoir de protéger les enfants en danger, abandonnés ou maltraités par leurs parents. En France, 341 000 mineurs considérés comme "en danger" bénéficient d'une mesure de protection de l'Aide sociale à l'enfance (ASE), et parmi eux, certains sont placés en famille d'accueil. Mais la tâche des près de 40 000 assistants familiaux n'est pas toujours aisée, car les enfants sont parfois compliqués à gérer.

Troubles du comportement, accès de violence

Dans l'Ain, Frédérique Giaime et son mari Didier ont accepté de recevoir "Pièces à conviction". Ils ont la charge de six enfants, dont Mattéo, âgé de 13 ans, qui vit avec eux depuis trois ans. Le jeune Mattéo ne voit ses parents que quelques heures chaque mois et sa famille d'accueil est l'un de ses rares repères. Frédérique et Didier doivent faire face à ses troubles du comportement et ses accès de violence.

Le jour de la visite de "Pièces à conviction", Mattéo, dans la cuisine, saisit un couteau. "Pose-ce couteau tout de suite, lui intime Frédérique en l'attrapant par les épaules. Tu ne dois jamais jouer avec un couteau, et tu le sais ! Arrête-toi !" Mattéo n'obéit pas immédiatement. "Lâche-moi, répond-il en essayant de se dégager. Je suis plus costaud que toi." Mattéo, bougon, finit par quitter la pièce et monter à l'étage.

Comment réagir ? "Là, on va le laisser monter dans sa chambre pour se reposer. Normalement, il n'y a rien en haut qui peut craindre : pas de couteau ni de choses comme ça", explique la maman d'accueil. Y a-t-il un danger ? "Oui. En principe, il ne va pas se faire mal à lui, mais il peut faire mal aux autres." Après quelques instants, Mattéo est de retour dans la cuisine.

La famille d'accueil ne connaît les antécédents de l'enfant qu'après son arrivée

Les coups de sang de Mattéo, Frédérique et Didier les ont découverts en partageant son quotidien. En effet, les familles d'accueil ne sont au courant des antécédents et du dossier médical des enfants qu'ils hébergent que plusieurs mois après leur arrivée.

"Quand l'enfant arrive dans une famille d'accueil, on appelle ça 'la lune de miel'. Parce qu'en général, il est sur ses gardes et ne fait pas voir son vrai jour tout de suite… explique Frédérique. Mais cela n'a pas été le cas pour Mattéo. Lui, en deux jours, il m'a fait comprendre. Il est arrivé un vendredi matin, et le dimanche après-midi, il me tapait. Il me balançait des grandes tapes dans le dos… Didier venait de se faire opérer d'un genou. Il avait pris son skate et le lui avait balancé dans les genoux. C'était le dimanche après-midi."

Extrait de "Enfants placés : les sacrifiés de la République", une enquête de "Pièces à conviction" diffusée le 16 janvier 2019 sur France 3.

PIÈCES A CONVICTION / FRANCE 3. \"Pose ce couteau tout de suite\" : comment une famille d\'accueil fait face à la violence d\'un enfant placé
PIÈCES A CONVICTION / FRANCE 3. "Pose ce couteau tout de suite" : comment une famille d'accueil fait face à la violence d'un enfant placé (CAPTURE D’ÉCRAN "PIÈCES A CONVICTION" / FRANCE 3)