Vidéo "J'ai pris une vie sabbatique" : André a fait le tour du monde avec 1 dollar par jour

Publié
Durée de la vidéo : 4 min.
Brut a rencontré André, un vrai globe-trotter dans l’âme. Il raconte ses périples qu'il a faits avec 1 dollar par jour.
BRUT
Article rédigé par
France Télévisions

Brut a rencontré André, un vrai globe-trotter dans l’âme. Il raconte ses périples qu'il a faits avec 1 dollar par jour.

Générosité et soif d'apprendre. Cela pourrait être un bon résumé de la personnalité d'André. Cet octogénaire a parcouru 400 000 km en stop, soit 251 pays et territoires, et tout ça avec seulement 1 dollar par jour. Tout commence alors qu'il a 17 ans. Muni de 10 francs en poche, il part pour l'Écosse avant de visiter les dizaines et dizaines d'autres pays. "Ce qui m'intéressait, moi, dans ma démarche, c'est le cœur de l'homme", confie-t-il. À travers ses voyages, André a voulu rencontrer des gens de tout bords, pour mieux comprendre le monde qui l'entoure. "J'ai voulu savoir en rencontrant les hommes du monde entier si, un jour, ils vont être capables d'établir la paix (…) J'ai trouvé des réponses à ça, pour moi, la paix est non seulement possible, elle est inévitable", estime-t-il.

Partir sans rien

La démarche d'André est osée : il est parti sans moyens, sans rien. "En 1955, on n'a pas de Guide du routard, il n'y avait pas Google, il n'y avait rien", raconte-t-il. Fort de son expérience, André regorge de souvenirs comme sa traversée de l'Iran en short, les étuis à pénis en Papouasie ou encore ses nuits ci et là dans ces cellules de prison désertées. "Ma motivation du départ, c'est une curiosité d'esprit insatiable. Moi, j'ai voyagé pour apprendre, pour comprendre, pas pour passer le temps", confie-t-il. André a tenu 6 ans sans travailler avec 3 ans d'économies : "Je n'ai jamais dormi à l'hôtel, je ne mangeais pas dans les restaurants et je ne faisais que du stop."

Une leçon de vie

Des peurs, André en a vécu. Il se souvient : "En Afghanistan, je me suis retrouvé là, avec une baïonnette entre les deux yeux sur le coup de minuit avec un militaire qui braillait comme un âne." Mais aujourd'hui, André fait de cette multitude de rebondissements une philosophie de vie. "La terre n'est qu'un seul pays et tous les hommes en sont les citoyens, voilà la conclusion de toutes ces années de route", conclut-il.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Restauration, hôtellerie, sports, loisirs

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.