Restauration : Le bruit des terrasses éphémères parisiennes fait craquer les riverains

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 4 min.
Restauration : Le bruit des terrasses éphémères parisiennes fait craquer les riverains
FRANCE 2
Article rédigé par
R. Moquillon, V.Travert, V.Lucas, V.Landoffini, C. Gillard - France 2
France Télévisions

Chaque été, les terrasses éphémères de la capitale connaissent un vif succès. Mais peuvent aussi représenter un calvaire pour les riverains à cause du bruit. Pour limiter ces nuisances sonores, la mairie de Paris va installer des capteurs. 

Elles envahissent de plus en plus les trottoirs de Paris. Dans la capitale, les terrasses éphémères se comptent désormais par milliers. Et dans les arrondissements les plus festifs, les clients apprécient l'effervescence des soirées d'été en extérieur. "Aujourd'hui, les gens veulent se retrouver, s'amuser. Forcément ça créé de la nuisance et du bruit pour d'autres personnes qui préfèrent rester tranquille", déclare un client assis en terrasse. 

Du bon temps

Si certains prennent du bon temps, pour les habitants ces soirées peuvent être un calvaire. "Voilà ce que j'ai sous ma fenêtre tous les soirs", soupire une dame qui vit au premier étage juste au-dessus d'une terrasse. À partir de 19 heures, c'est un bruit de fond continu. Une cohabitation devenue impossible selon cette même habitante. 
Pour mesurer ces désagréments, la maire de Paris a donc fait installer des capteurs sonores dans les quartiers les plus bruyants. "Très souvent, on se retrouve avec 70 décibels en soirée, ce qui est un niveau très élevé, explique Amélie Terrier, fondatrice du collectif Droit au Sommeil. Normalement, pour réussir à trouver le sommeil, il faut 30 décibels." Alors pour éviter les nuisances, la mairie du 17e arrondissement promet de sanctionner les restaurants les plus bruyants. À Paris, ces terrasses estivales seront ouvertes jusqu'au 31 octobre. 

En cas de nuisances constatées, la journaliste Charlotte Gillard rappelle la démarche à adopter. "Pour toutes les nuisances qui émanent de lieux qui reçoivent du public, il faut avertir les forces de l'ordre. Police et gendarmerie peuvent sanctionner. Si le bruit est causé par un client, c'est 68 euros pour le contrevenant. Les établissements risquent eux jusqu'à 1500 euros d'amende." 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Restauration, hôtellerie, sports, loisirs

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.