Covid-19 : Londres confirme la levée de la majorité des restrictions sanitaires en Angleterre le 19 juillet

Le ministre britannique de la Santé a précisé, lundi, qu'il était temps que l'Angleterre "retrouve une vie normale".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des passants dans une rue de Londres (Royaume-Uni), le 25 juin 2021. (SHUHEI YOKOYAMA / YOMIURI / AFP)

Une liberté totale retrouvée pour les Anglais ? Le ministre de la Santé britannique, Sajid Javid, a confirmé lundi 12 juillet que la plupart des restrictions sanitaires liées à la pandémie de Covid-19 seraient levées en Angleterre le 19 juillet.

Le calendrier voulu par le gouvernement de Boris Johnson sera donc tenu : "Nous sommes convaincus qu'il est temps que notre pays retrouve une vie normale, donc nous allons passer à l'étape suivante de notre plan de sortie le 19 juillet", a souligné le ministre devant les députés. 

Les discothèques, les stades et les salles de spectacles vont rouvrir 

A partir de cette date, baptisée "jour de la liberté", la distanciation sociale et le port du masque ne seront plus obligatoires, même s'il reste recommandé dans les endroits publics fermés et très fréquentés, comme les transports en commun. Le télétravail ne sera plus la norme, les salles de spectacles et les stades pourront ouvrir à pleine capacité, les discothèques pourront de nouveau accueillir du public, le service au bar sera de nouveau possible dans les pubs et le nombre de personnes autorisées à se rassembler ne sera plus limité.

"Il n'y aura jamais de moment parfait pour réaliser cette étape, parce que nous ne pouvons tout simplement pas éradiquer ce virus", a martelé Sajid Javid. Mais l'été et les vacances scolaires offrent un moment opportun, a-t-il détaillé : attendre plus longtemps, jusqu'à l'hiver par exemple, pourrait donner un avantage au virus, au risque de ne rien pouvoir rouvrir.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Restauration, hôtellerie, sports, loisirs

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.